un vélorutionnaire en procès

pour une histoire de yaourt

samedi 13 mars 2004

Le 2 février 2004, lors de la manifestation contre le projet de loi de prévention de la délinquance, à Toulouse. Monsieur Sarkozy de passage dans notre ville rose faut arrosé de yaourt (frais) Les yaourteurs n’avaient rien à voir avec notre collectif et ont surtout profité de la presence de Sarkozy dans la ville Le yaourteur a souhaité s’exprimer sur notre site. (pour le site antidelation, Emmanuel)


Le mardi 23 mars 2004 à 8h30, le yaourteur du sordide sinistre automodébile de l’intérieur va comparaître devant la 3è chambre correctionnelle du TGI de Toulouse. Accusé d’outrage par jet et de rébellion, je devrais accepter de comparaître alors que le dénommé Sarkozy continue de circuler en toute impunité, grillant les feux, remontant à contre-sens les sens interdits, roulant à vive allure dans les rues et sur les autoroutes (plus de 200 km/h !) sans être nullement inquiété. Pour ma part, harcelé depuis près de deux ans par un contrôle social suite à une condamnation abusive, condamnation confirmée en appel le 25 février malgré que les magistrats ont reconnu mon innocence mais rejeté l’appel car il avait été fait 4 jours trop tard (l’innocence vaut donc 40h de TIG en France), il va de soit que la justice n’existe pas pour les cyclistes, que le droit peut être allègrement bafoué par les politiques et les forces de l’ordre du côté obscur. Voilà pourquoi les vélorutionnaires s’associent à mon appel pour que tout le monde possible vienne devant le tribunal, sur la place du salin, avec ses poubelles, détritus et yaourts pour s’entraîner à les jeter sur des visuels du sordide sinistre de l’intérieur. Quant à ma présence à l’audience, elle est inutile si les magistrats refusent de nommer un-e juge qui soit indépendante des lobbys d’automodébiles et d’ordures pétrolières. Ce-tte dernièr-e devra donc être adhérent-e d’une association reconnue de cyclistes urbains, même s’il ou elle possède par ailleurs une automodébile. L’action contre Sarkozy s’inscrit dans une campagne d’attentats poétiques déclenchés en janvier 2003 et dont il a déjà été victime à 3 reprises, sur les sept attentats commis. D’autres attentats sont possibles, toujours propres, silencieux, simples, rapides, gratuits, pratiques, pacifiques, non-violents, à l’image de la p’tite reine que nous avons dans la tête et sous nos fesses. Salutations vélorutionnaires à tou-te-s les non délateurs PS : plus d’infos sur indymedia.crac-g8.eu.org