l’épidémie atteint le Loir et Cher...

mardi 1er juin 2004

le collectif des travailleurs sociaux du Loir et Cher communique !


chers collègues,

nous luttons depuis plusieurs mois contre un projet de loi qui n’avait pas encore d’effet direct sur nos pratiques professionnelles dans notre département... et bien cela semble terminé !

Vendredi dernier a eu lieu à Vendôme une réunion d’importance dans le cadre du Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD). Il y avait quelques personnalités, entre autres, le président du conseil général, le préfet, le procureur, le directeur départemental de la sécurité publique, le maire, un élu de l’opposition locale (qui a pour autre responsabilité celle des affaires sociales au conseil général), le commissaire de police,... et bien sûr les principales structures oeuvrant localement dans le « social ».

L’un des sujets abordés concernait la mise en place future d’un groupe de travail restreint appelé « comité de concertation » dont la mission serait d’étudier de façon nominative et individuelle les dossiers de certains mineurs délinquants, dans le but d’échanger des informations et de mettre en place des actions complémentaires. Il a été parlé de « secret partagé » dans cette réunion où ne seraient pas présents des élus... sauf que ne seraient pas présents que des travailleurs sociaux (la police nationale y est de fait) et surtout que ce « comité de concertation » doit rendre compte de ses actions au comité de pilotage du CLSPD où là les élus sont présents...

Le président du conseil général nous avait écrit le 3 mai 2004 suite à notre rencontre avec son attaché parlementaire, je cite, « vous pouvez compter sur mon action pour relayer vos légitimes préoccupations auprés du gouvernement » ; vendredi dernier ses citations étaient bien différentes : « il faudrait éviter de séparer prévention et répression, il ne faut pas voir d’un coté les gentils travailleurs sociaux et de l’autre les méchants gendarmes ». Il a été précisé également « la volonté de l’exécutif départemental de définir une position claire » où l’information des maires et le renforcement des actions partenariales semblent être un axe fort. Le préfet a confirmé officiellement qu’un texte allait sortir prochainement au plan national.

Cette réunion à la forte tonalité politique n’a pas permis un échange « technique » où les travailleurs sociaux présents auraient pu expliquer en quoi ce type de réunion n’est pas compatible avec notre action auprés des publics en difficulté.

Pour ceux qui seront grévistes jeudi prochain voilà de quoi se mobiliser pour défendre notre vision du travail social. De plus les non grévistes qui pensaient que rien ne nous menaçait dans le Loir et Cher ont désormais de nouveaux éléments... La matinée de jeudi 3 juin pourrait nous permettre de réfléchir à de nouveaux modes d’action, dont certains pourraient être appliqués dés l’après midi... il y a urgence à se faire entendre, avant que le projet de loi ne passe au parlement et avant que notre conseil général ne prenne ses décisions !

Rendez vous à la nouvelle bourse du travail (40 avenue de l’europe, Blois) à 9H30. Je rappelle à tous notre e-mail collectif : collectif.loiretcher laposte.net

nicolas