compte rendu de la journée d’action du 03 02 05 à LYON

lundi 21 février 2005

Jeudi 3 février ,12 heures, place de l’opéra , Lyon. Cette journée a valeur de test , après plusieurs mois de mobilisation depuis janvier 2004, nous réagissons aujourd’hui face aux énormités du rapport Benesti, de son inquiétante logique de repérage des déviances infantiles , de son esprit de délation diluée dans le bouillon d’une culture du secret partagé...


... Ainsi donc, une centaine de travailleurs sociaux rassemblés à l’appel du Collectif régional unitaire , considérant qu’il est nécessaire de réagir et d’informer la population ,ont choisi de dire non et d’exprimer leurs inquiétudes sur la place publique par un « affichage de situations sociales en passe d’être sanctionnées par un système de fichage et un contrôle sécuritaire renforcé » Autour de cet épinglage d’exemples concrets révélant qu’un modèle de société discriminatoire tend à s’affirmer comme « la bonne réponse » au sentiment d’insécurité sociale, les échanges entre travailleurs sociaux et citoyens suscitent l’étonnement, l’indignation, et souvent l’expression d’une solidarité avec le cadre et les valeurs du Travail Social que nous défendons basés sur le respect du secret professionnel et la cohérence des accompagnements de personnes en difficultés. Merci à toutes celles et ceux qui se sont déplacés, quant aux autres... CONTINUEZ d’Y CROIRE ! ! ! ! post-scriptum : le même jour, 14 heures 30, dans un bureau de la préfecture du Rhône, une UNE DELEGATION DE TRAVAILLEURS SOCIAUX constituée lors de la mobilisation est reçue par le représentant du préfet :Mr Schweitzer, commissaire divisionnaire .Le Fonctionnaire de l’Etat se refuse à tout commentaire sur le projet de loi, quant au rapport Benisti,

il ne l’a pas lu , il transmettra nos revendicatiions

nos nombreuses pétitions

Le Professionnel, quant à lui , est sensible et conscient des risques d’amalgames « ...Je connais bien votre métier... que la confusion des rôles de chacun pourrait être renforcée par les orientations actuelles ? ...La police et les éducateurs en agissant séparément sont complémentaires pour traiter les problèmes de délinquances. ».Les membres de la délégation illustrent leurs propos d’exemples concrets de terrain( sites pilotes dans le Rhône, Vitry le François, Sauvegarde de l’AIN,...) ou les demandes de partage d’infos font pression sur les professionnels et réaffirment leurs inquiétudes sur l’atteinte aux droits de libertés individuelles (Cirdel). « ... à titre personnel, je partage certaines de vos opinions... », nous répond notre interlocuteur ! ! Nous qui pensions devoir être « tous derrière le commissaire ! ! »(cf :Tract d’appel a mobilisation),et après ce bref échange en face d’un de leurs responsables, paradoxalement, nous repartons avec le sentiment qu’il se place aussi un peu derrière nous... profitant de notre liberté d’expression pour dire NON A LA DÉLATION