communiqué de presse du collectif national unitaire

vendredi 9 avril 2004, par gerard


Malgré la mobilisation des professionnels des secteurs sociaux, sanitaires et éducatifs et notamment la journée de grève du 17 mars 2004 qui a vu plusieurs milliers d’entre eux descendre dans la rue pour dire ‘’ non à la délation, oui à la prévention’’ le nouveau gouvernement continue d’appliquer les méthodes du précédent : opacité manœuvre et dissimulation.

Lors de l’entrevue au ministère des affaires sociales le 17 mars 2004, les membres du cabinet de monsieur FILLON admettaient qu’un ‘’document de travail’’ existait. La demande d’avoir communication officielle de ce document n’a toujours pas été satisfaite.

Quelques jours plus tard, en Corrèze monsieur SARKOZY déclarait que l’article 11 n’avait jamais existé. Il affirmait cependant que l’information ne pouvait plus être confisquée par les professionnels, comme si les informations confiées par les familles aux travailleurs sociaux lui appartenaient !

Enfin des rumeurs ont fait état du retrait de l’article 11....devenu en réalité article 22 dans la dernière version connue.

Le nouveau gouvernement n’à toujours pas répondu aux demandes du collectif national unitaire et malgré ses déclarations d’intention fait la sourde oreille et continue la politique du secret.

En conséquence le collectif national unitaire

- réaffirme sa revendication d’abandon de l’ensemble de l’avant projet de loi dit de prévention de la délinquance.
- Appelle l’ensemble des professionnels des secteurs concernés à rester vigilants, à s’organiser dans les collectifs locaux unitaires qui se développent et à prendre toute initiative qu’ils jugeront utiles.
- Appelle notamment à multiplier les interpellations des élus locaux (maires, députés, conseillers généraux) autour de la charte contre la délation.
- Appelle à participer massivement à la journée du 21 avril 2004, dans toutes les régions. .