communiqué de la FSU

vendredi 19 mars 2004, par gerard

un coup de semonce pour le gouvernement


La FSU avec ses syndicats (EPA, SNEPAP, SNPES-PJJ, SNU-CLIAS, SNUAS-FP, SNU-TEFI réseau insertion) en grève et en action, contre le projet de loi sur la prévention de la délinquance du ministre de l’intérieur se félicite de la réussite de cette journée. Plus de 10 000 manifestants à Paris démontrent la mobilisation exceptionnelle des travailleurs sociaux, animateurs, éducateurs, médecins de PMI, mais aussi des enseignants, des magistrats... Ils montrent ainsi leur détermination à lutter contre ce projet de loi. Une délégation représentative de l’ensemble des syndicats et collectifs organisateurs de cette manifestation a été reçue par un membre du cabinet du ministre des affaires sociales, exigeant l’abandon du projet de loi contre la prévention de la délinquance. La FSU s’oppose à ce projet. Elle exige une véritable politique de prévention qui réponde aux problèmes sociaux des familles et des jeunes. Elle n’acceptera jamais le dévoiement du travail social et la transformation des travailleurs sociaux en délateurs des populations. La FSU continuera à combattre ce projet de loi, et dans le cadre unitaire, elle sera porteuse d’initiatives pour amplifier la mobilisation jusqu’à l’abandon du projet de Sarkozy.

communiqué de presse de la FSU, le 17 mars 2004