Vitry Le François contre le fichage des Pauvres

Union de Reims - 03/06/04

jeudi 3 juin 2004, par Emmanuel


Voir en ligne : L’Union de Reims

Un millier de manifestants est attendu aujourd’hui à Vitry-le-François pour protester contre « les dérives sécuritaires », et « le fichage généralisé des familles suivies par les services sociaux du conseil général de la Marne ». Le mouvement de protestation est né après la mise en place par les services du Département d’un questionnaire qualifié « d’inquisitorial » par plusieurs syndicats de travailleurs sociaux (CFDT, CGT, Sud, FO.). Un collectif marnais de veille contre les dérives sécuritaires et l’atteinte aux libertés des personnes, créé en avril, a également appelé à descendre dans la rue. Officiellement, le conseil général a lancé une enquête pour évaluer les besoins sociaux de Vitry-le-François. Cette initiative, dans le droit fil des mesures de prévention de la délinquance, continue d’alimenter la polémique hors les murs de l’assemblée départementale. Après de vifs échanges entre élus socialistes et majorité UMP, le débat se déplace cette fois dans la rue. Nathalie Federico, membre du collectif, met en cause la politique initiée par Nicolas Sarkozy. « Tout a commencé en janvier quand Vitry-le-François a été retenue comme 22 autres villes ou quartiers pour être un laboratoire de lutte contre la délinquance. Le problème est que la mairie et le conseil général font preuve d’un zèle qui bafoue les libertés individuelles », s’indigne la jeune femme. Pétition contre la délation Depuis février, des assistantes sociales s’émeuvent voire refusent de remplir des fiches nominatives qui signalent, entre autres, les problèmes d’alcoolisme, de santé mentale ou de marginalité dans telle ou telle famille. Les associations de prévention ou d’aide à l’enfance mais aussi les organismes sociaux comme la Caisse d’allocations familiales, les organismes HLM, l’Education nationale. sont également mis à contribution par le Conseil général. « Nous avons saisi la Commission nationale informatique et liberté mais il faudra plusieurs mois avant qu’elle ne statue », indique Nathalie Federico. L’intersyndicale des travailleurs sociaux a lancé une pétition où il est écrit « pour la défense de la prévention, non à la délation en matière de travail social ». Le président du conseil général René-Paul Savary a rappelé cette semaine que « les fiches de travail doivent permettre d’établir un diagnostic social. Une synthèse sera faite de manière anonyme et dans le respect de la déontologie. Le but est d’apporter une meilleure réponse aux problématiques identifiées ». La manifestation de Vitry-le-François où l’on compte 70 % de logement sociaux, sera l’occasion pour les syndicats et différents mouvements d’extrême gauche de dénoncer la paupérisation de la société. Des salariés de Valourec, l’une des entreprises en difficulté, doivent se joindre au cortège. Christophe Perrin