Trois questions à Jacques Stewart

Le Monde, propos recueillis par Sylvia Zappi, 10 mai 2004

mardi 11 mai 2004

En tant que président de la Cimade, comment réagissez-vous au projet de décret remettant en cause votre mission ?


Voir en ligne : Le Monde

Depuis 1939, notre association a toujours été présente dans les lieux de privation de liberté, y compris dans les moments les plus difficiles de notre histoire. Il est normal de poursuivre notre action aujourd’hui dans les centres de rétention. On a l’air de vouloir nous éliminer pour nous remplacer par une seule présence caritative et humanitaire. C’est extrêmement dommage de se méfier à ce point du travail d’une ONG nationale qui n’a aucunement l’intention de provoquer le désordre. Nos équipiers sont là pour informer les retenus de leurs possibilités d’action et de procédure.

Quel regard portez-vous sur la situation des centres ?

Je suis très inquiet. Lors des visites que j’ai effectuées ces dernières semaines, j’ai pu constater les gros problèmes posés par les conditions de vie des étrangers et la situation de stress et de tension très forte des personnels et des équipiers qui font du travail à la chaîne. En votant la loi Sarkozy qui allonge les délais de rétention, on a pris des mesures politiques sans prévoir l’intendance. Or la plupart des centres ne sont pas du tout équipés pour accueillir des populations désormais jusqu’à trente jours.

Comment jugez-vous l’évolution de la politique à l’égard des étrangers ?

Je m’inquiète beaucoup de cette volonté de faire du chiffre réaffirmée par le ministre de l’intérieur. En multipliant les contrôles, les interpellations et les placements en rétention, on met en place un harcèlement et un acharnement à l’égard des étrangers. Les sans-papiers sont a priori considérés comme des délinquants. Cette course aux chiffres risque d’entraîner de gros dérapages. Je juge cette tendance très dangereuse parce qu’elle fait de moins en moins de place à la personne.

Propos recueillis par Sylvia Zappi

• ARTICLE PARU DANS L’EDITION DU 11.05.04