Tract du Collectif 47

COLLECTIF 47 CONTRE la DELATION et la REPRESSION SOCIALE

mardi 1er novembre 2005

NOUS SOMMES TOUTES ET TOUS CONCERNES !


Nous sommes tous susceptibles, dans nos vies quotidiennes, de nous adresser à un de ces professionnels : enseignants, médecins, infirmiers, psychologues, psychiatres, puéricultrices, assistants sociaux,conseillers en économie sociale et familiale, techniciennes de l’intervention sociale et familiale, auxiliaires de vie sociale, éducateurs spécialisés, animateurs, etc. Ce que nous leur confions est protégé par l’éthique, la déontologie ou le secret professionnel attachés à ces métiers. Or, ils vont être soumis aux dispositions du rapport dit de “prévention de la délinquance”, élaboré sous l’égide du ministre de l’Intérieur par M. Bénisti député UMP, et qui doit servir de base pour une future loi. “ Tout professionnel intervenant au titre de l’action éducative, sociale ou préventive est tenu d’informer le maire de la commune de résidence de la personne au bénéfice de laquelle il intervient, ou le représentant désigné par le maire, de l’action entreprise au bénéfice de cette personne. ” Ainsi devront être dénoncés au maire (sous peine de sanctions disciplinaires) :

  • les parents parlant une autre langue que le français à leurs enfants à la maison,
  • toute personne victime de l’insécurité sociale (chômeurs, travailleurs précaires...),
  • toute personne ayant des difficultés financières (surendettement),
  • les parents confrontés à des difficultés éducatives,
  • les enfants en échec scolaire (ou trop souvent absents de l’école),
  • des personnes malades (alcoolisme, toxicomanie),
  • des personnes en souffrance mentale (psychologique/ psychiatrique) Avec le rapport BENISTI, tout citoyen est susceptible d’être soumis au contrôle du maire et d’être fiché en tant que délinquant potentiel. A aucun moment dans ce rapport aux relans xénophobes, les causes réelles de la délinquance ne sont exprimées ni prises en compte. Notre société est de plus en plus inégalitaire : la protection sociale (sécurité sociale, Assedic, CAF, retraite, santé) basée sur la solidarité et le partage, est mise à mal. En conséquence, un grand nombre de personnes basculent dans la pauvreté et l’exclusion. Or de tout temps, dans toutes les sociétés, la délinquance est toujours liée aux difficultés sociales, aux conditions de vies précaires, à l’absence de perspectives d’avenir...

Nous appelons tous les citoyens, syndicats, partis politiques, associations, professionnels de l’éducation, de la santé, du social, à faire connaître , à se mobiliser contre ce rapport, à prendre position publique afin qu’il soit définitivement retiré. Restons attentifs afin que tout nouveau projet de loi qui serait présenté ne s’appuie jamais sur ce texte indigne.

Venez nous rejoindre tous les 15 jours, lors des réunions du collectif le Lundi soir à 18h30 au Café Foy à Agen (prochaine réunion le 7 Novembre 2005) Contact : Marianne THOMAT : 05 53 84 28 91 Jean-Luc CHATAIN : jlchatain wanadoo.fr

Documents joints