Toulouse : Les travailleurs sociaux ont manifesté

La Dépêche du Midi - 17/12/2004

vendredi 17 décembre 2004

GROGNE : Ils ne veulent pas être les indics de la police


Patrick porte le masque blanc des dénonciateurs anonymes. Jean-Philippe ouvre le cortège devant lui, à grands coups de bâton sur un vieux bidon.

Patrick est travailleur social, Jean-Philippe chômeur, et tous les deux dénoncent le projet de loi de prévention de la délinquance, projet de loi qui a fait descendre trois cent cinquante personnes dans les rues de Toulouse, hier.

« Vous comprenez, je n’ai pas envie d’être fiché comme chômeur moi. Les fichiers, on a vu ce que ça donnait avec les juifs sous Vichy ! » proteste Jean-Phi. Aussi, à l’arrière du cortège, Isabelle prévient micro en main les spectateurs de la manif. « Nous, citoyens, parents, professionnels, refusons l’obligation de délation. »

Un propos que les manifestants ont crié un peu plus fort encore sous les fenêtres de la permanence de la député UMP, Bernadette Paix, mais aussi sous celles de l’inspection académique et de Tisséo.

« Toutes les personnes en difficulté sociale, éducative ou familiale sont concernées par ce projet de loi, martèle Patrice, un assistant social de 39 ans. Ça veut dire qu’on va demander aux médecins, aux travailleurs sociaux, aux professeurs de rompre le secret professionnel. »

Jean-Philippe continue de taper en rythme sur son bidon. Vous avez dit bidon !

B. D.