SYNDICAT DE LA MAGISTRATURE COMMUNIQUE

Délinquance des mineurs : quand Ségo fait du Sarko

mercredi 7 juin 2006


Les déclarations de Ségolène Royal le 31 mai à Bondy sur la délinquance des mineurs augurent bien mal de la campagne électorale à venir.

En proposant de placer, « dès la première infraction », à partir de l’âge de 16 ans des mineurs dans des lieux « à encadrement militaire » ou de mettre sous tutelle les prestations familiales dès « le premier acte d’incivilité », Ségolène Royal aggrave encore la mise à l’écart des mineurs et la pénalisation des familles, choix qui ont été privilégiés depuis 2002, et que Nicolas Sarkozy préconise dans son projet de loi sur la « prévention de la délinquance » actuellement en préparation.

En choisissant, dans la tonalité générale de son propos, d’être dans la surenchère démagogique, Madame Royal prend la responsabilité d’installer la question sécuritaire au coeur de la campagne, comme ce fut le cas en 2002 à l’initiative de Jacques Chirac. Plus grave, elle fait des mineurs délinquants la cause de tous les maux de notre société, au détriment d’une analyse globale. La responsabilité de la gauche, sur ce sujet, est tout au contraire de fonder son action sur la préférence pour l’éducation, et de refuser les solutions simplistes, par ailleurs inefficaces.

12-14 rue Charles Fourier 75013 PARIS tel 01 48 05 47 88 fax 01 47 00 16 05 mail : syndicat.magistrature wanadoo.fr site : www.syndicat-magistrature.org