Roland Veuillet/suspension de la grève de la faim/nouvelle pétition

lundi 11 octobre 2004, par janos


Communiqué de Presse

Roland Veuillet n’a accepté de suspendre sa grève de la faim débutée le 30 août 2004 qu’à la demande des organisations syndicales. En effet le ministère de l’Education nationale a fait appel à un médiateur pour réexaminer le dossier de Roland Veuillet. Les précisions apportées mardi 6 octobre 2004 à l’Intersyndicale sur la conduite des travaux du médiateur constituent une première étape.. Néanmoins, les organisations syndicales restent attentives et vigilantes sur l’évolution de cette médiation et rappellent leur demande d’annulation de la sanction qui frappe Roland Veuillet. Nous ne laisserons pas retomber la mobilisation. Rien n’est gagné. Il faut que la lumière soit faite sur cet acte de répression anti-syndicale. Les termes de la pétition restent d’actualité ; nous demandons toujours : · La levée de la sanction · L’ouverture d’une enquête administrative.

Le Comité de Soutien de Roland Veuillet C/o AITEC 21 ter rue Voltaire 75011 PARIS contact : Laurence Pennequin e-mail : soutien.roland ouvaton.org

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Roland Veuillet a annoncé mercredi 6 octobre après 38 jours de grève de la faim qu’il acceptait, à la demande de l’intersyndicale, le cadre de travail défini avec le médiateur lors des audiences du 30 septembre et 5 octobre. Il a suspendu sa grève de la faim à ce jour-là 17 heures.

Les organisations syndicales ci-dessous restent attentives et vigilantes sur l’évolution du dossier et rappellent leur demande d’annulation de la sanction qui frappe Roland Veuillet. Pour la levée des sanctions à l’égard de Roland Veuillet Roland VEUILLET, CPE, militant syndical, a été sanctionné très lourdement pour ses prises de position syndicale pendant la grève de 2003. Il s’était opposé notamment au remplacement des surveillants grévistes par des maîtres au pair (étudiants du lycée nourris et logés gratuitement). A l’issue d’un conseil de discipline qui fut une véritable parodie de justice de la part de l’administration, notre camarade a été muté d’office de Nîmes à Lyon à la rentrée de septembre 2003. Cette sanction aux lourdes conséquences personnelles a marqué le mouvement 2003 par sa sévérité exceptionnelle. Le ministère a annoncé qu’il refusait son retour dans le Gard, prolongeant encore d’une année au moins la sanction. Après une année de luttes opiniâtres et infructueuses, notre camarade en dernière extrémité, est en grève de la faim depuis le 30 août 2004. Les organisations syndicales signataires, les personnels soussignés, demandent à nouveau : · l’ANNULATION DE LA SANCTION frappant Roland VEUILLET · la mise en place d’une ENQUÊTE ADMINISTRATIVE permettant que ce dossier soit réexaminé.

Fédération eiL, Fédération SUD Education, FSU, FTE-CNT, SNES-FSU, UNSEN-CGT, PAS 38

NOM-Prénom Fonction Etablissement, ville Signature

Pétition à renvoyer à la Fédération SUD-Education, 17 bd de la libération, 93200 Saint Denis , fax : 01 42 43 90 32