Réponses vers “Arrêtez-nous, nous sommes des terroristes de l’ultra-gauche !”

jeudi 20 novembre 2008, par Sophie.L


“Arrêtez-nous, nous sommes des terroristes de l’ultra-gauche !”

Nous avons même manifesté contre la guerre et pour la paix dans le monde, Certains d’entre nous ont même manifesté à l’étranger, et certains aux Etats-Unis, Nous aussi, nous habitons ou aimerions habiter un village de 300 habitants, Nous avons même imaginé vivre et habiter à la campagne et devenir épiciers, Certains d’entre nous aimeraient reprendre une vieille ferme et planter des carottes,

Nous aussi avons des ordinateurs portables et des connexions Internets, Nous avons même créé des blogs politiques et associatifs, Certains d’entre nous connaissent même des sites libertaires ou anarchistes,

Nous aussi, nous possédons une carte des chemins de fer et destinations de la SNCF, Nous avons, pour les plus jeunes, une carte 12-25 ans pour voyager moins cher, Certains d’entre nous ont même été importunés par les voies ferrés dans leur promenade du dimanche,

Nous aussi, nous avons des livres à la maison, Nous avons même des livres politiques qui expliquent comment renverser le système capitaliste, Certains d’entre nous ont même écrit des livres subversifs expliquant comment organiser une action militante

Nous aussi, nous aimons la nature, Nous avons même toutes et tous pensé faire de l’escalade pour profiter des paysages de montagne, Certains d’entre nous ont même, dangereux qu’ils sont, des mousquetons et un casque d’escalade,

Nous aussi, nous sommes allés à l’école, Nous avons même essayé de faire des études, voire beaucoup d’études, Certains d’entre nous ont même obtenus leur diplôme BAC+5.

Nous sommes toutes et tous des terroristes de l’ultra-gauche : Arrêtez-nous ! http://ultragauche.wordpress.com/20...

-------------------------------------------------------------------------------- Réponses vers “Arrêtez-nous, nous sommes des terroristes de l’ultra-gauche !”

Témoignage

Je suis une femme de 55 ans, j’ai fait partie de la génération des rêves de 68. A 17 ans, j’ai pris le large pour vivre dans une communauté anarchiste dans le Tarn. J’y ai rencontré des ex citadins venus des barricades, pourtant non-violents qui partageaient tout : amitié, salaires, culture biologique, éducation des enfants. Alors j’ai compris que du plus loin qu’il m’en souvienne, je suis anarchiste. Ces personnes ont forgé mes valeurs philosophiques, humanistes, solidaires, et non violentes. Elles ont aussi forgé mon libre-arbitre, ma force de dire « non » à ce qui heurte ma conscience, ma dignité et celle des autres. Pour cela je n’ai jamais eu besoin d’appareils, ou d’organisation …Je comprends que face à des appareils où des partis qui s’entre déchirent et ne sont attirés que par la soif du pouvoir des jeunes s’organisent entre eux sur des bases de confiance réciproque et d’autonomie. Ils craignent d’ être nivelés par le bas ou manipulés.

Mon choix a été différent en terme de syndicalisme et d’organisation, car la force collective ma paraît nécessaire pour organiser les luttes, et je me sens à l’abri de toute manipulation. Donc je suis entrée en résistances, face à un monde devenu de plus en plus inégalitaire, qui accumule les profits, brise les vies, et produit sciemment de la misère sociale.

Je fais partie des « bac plus 5 », car je me suis passionnée pour la Sociologie. L’intitulé du diplôme promettait une ascension dans la hiérarchie, mais le pouvoir ne m’a jamais intéressée, découvrir les clés des phénomènes sociaux me suffisait amplement.L’accès à cette réflexion m’a encore davantage radicalisée. Je reconnais avoir commis auparavant et depuis tous les délits d’opinion, avoir participé à un maximum de manifestations, je reconnais lutter pour la suppression des centres de rétention, et être solidaires des sans-papiers.

Je reconnais avoir participé en 2002 à une manifestation pacifique contre la venue de Jean-marie Lepen qui organisait un repas festif avec ses amis dans une des principales salles de ma ville, entre les deux tours des élections, car je m’insurge contre le fascisme. Lors de cette manifestation les environs étaient protégés par les CRS,nous n’avons pas forcé les cordons. Nous avons cependants été chargés, gazés, et j’ai eu si peur que j’ai cru finir dans la seine !Les plus jeunes d’entre nous ont été arrêtés, gardés à vue, maltraités. L’un d’entre eux a été « libéré » pieds nus, pour l’humilier !

Il y a eu d’autres manifestations, celles contre le CPE, violentes !! surtout violentes lorsque des mères de familles avec des jeunes enfants se sont fait gazer par les forces de l’ordre en plein après midi dans la rue principale de ma ville ! Je continuerai à manifester, à faire grève, à m’insurger. Je continuerai à faire grève pour que le code du travail ne finisse pas à la poubelle, en même temps que la sécu et les retraites…je continuerai a manifester. pour que les hommes et les femmes soient traités dignement, quelle que soit leur condition, la couleur de leur peau, qu’ils aient des papiers ou non, qu’ils soient libres ou incarcérés. Qui subit la violence ? dans une manifestation ce ne sont pas les jeunes même agités qui me terrorisent, c’est la peur d’être de nouveau gazée lors d’une charge de CRS, c’est de penser que certains d’entre nous pourraient risquer leur vie à cause de violences policières devenues de plus en plus redoutables, grâce à l’équipement en Taser., tandis que d’autres pourraient être inculpés « d’outrages à agents » voire de terrorisme sans l’ombre d’une preuve ! Je reconnais avoir lu et diffusé la brochure concernant la conduite à tenir lors d’une garde à vue car il y a des arrestations arbitraires lors des manifestations et des manifestants sont criminalisés alors que manifester est un droit fondamental en France.

Lorsque j’ai appris que ces jeunes, vivaient de façon communautaire, moi qui pensais que les communautés étaient reléguées au temps de mon adolescence, et survivaient dans mon cerveau utopiste, j’ai pensé« chapeau-bas » Ces prétendus « anarcho- autonomes » terme produit directement par l’intoxication d’un pouvoir pré-totalitaire et repris par certains médias à sa solde, sont de drôles de terroristes ! où plutôt les boucs émissaires d’un Etat policier qui ne voudrait voir se profiler qu’une seule tête à cheveux ras de préférence. Ils auraient eu du « matériel » chez eux. Je porte toujours un couteau suisse sur moi, j’en conclus que demain je pourrais être inculpée d’assassinat à l’arme blanche, de la même manière que ces jeunes seraient des « terroristes potentiels ». Cette justice prédictive est détestable et arbitraire, elle est issue de la même logique prédictive que le fichage de délinquants potentiels âgés de… trois ans. Je considère que nous devons lutter contre elle. De la même manière nous devons pratiquer la désobéissance civile à l’égard de la délation vis à vis de quiconque !

Ce qui doit être dénoncé c’est cet état policier implacable, prêt a utiliser les moyens les plus nauséabonds pour faire taire nos différences de pensée, de mode vie, notre créativité individuelle et collective. Ce que nous devons défendre c’est notre liberté de construire le mode de vie que nous avons choisi.

Sophie.L