Réponse au Maire de Toulouse

Suite à sa lettre du 17 mai 2005

mercredi 24 août 2005, par Collectif toulousain


« Toulouse le 20 juillet 2005

Monsieur le maire,

Nous avons bien reçu votre courrier du 17 mai 2005 nous invitant à prendre rendez-vous avec votre directeur de cabinet monsieur Pierre Emeric Chabanne.

Dans cette attente, nous tenons à apporter quelques rectifications au contenu de votre courrier :

C’est bien en tant que maire que nous vous avons sollicité et non en tant que parlementaire que vous n’êtes pas. En effet, l’avant projet de loi « prévention de la délinquance » initié par le ministère de l’intérieur, le rapport Benisti, puis le rapport Hermange place le maire au centre du dispositif dans des fonctions de pilote et de coordinateur. C’est donc bien à ce titre que nous souhaitons connaître votre position.

En tant que citoyens, nous ne contestons pas la nécessité de lutter contre la délinquance. Nous dénonçons les formes et les dérives des politiques hyper sécuritaire et répressives. Nous refusons tout système de délation (tout système qui amalgame prévention et répression).

Nous avons tenté de vous alerter à plusieurs reprises (courrier du 16 février 2004 et 3février 2005). Sans réponse à nos courriers, nous avons sollicité démocratiquement les conseillers municipaux de l’opposition (le groupe motivé-e-s), élus de la république. Après avoir été porte-parole de nos inquiétudes, ils nous ont permis lors du conseil municipal du 25 mars 2005 de vous faire-part à nouveau de nos craintes.

Sans réponse à nos courriers, nous avons demandé à nous exprimer dans l’instance démocratique la plus symbolique de la commune.

Comme vous le précisez, « il a été tout à fait inadmissible et hors de propos » de nous refuser le droit de parole, de prononcer l’huis clos et ainsi, (par votre comportement), de bâillonner toute expression contradictoire. Suite à ces refus, quels moyens donnez vous aux citoyens (toulousains) pour vivre ensemble et se faire entendre (ou au moins être écoutés) ?

Souhaitant répondre à votre proposition, nous contacterons prochainement monsieur Pierre Emeric Chabanne afin de prendre un rendez-vous.

Cordialement,

Le collectif toulousain « Résistance à la délation » »