Rendez-vous : bilan-action sur Toulouse le 28 janvier 2008

samedi 26 janvier 2008, par Collectif toulousain

Rencontre de travail sur Toulouse. Quelles dérives, quelles applications de la loi dans notre département ? Bilan sur les actions et résistances entreprises, à organiser ?


Collectif toulousain « Résistance à la délation »

Toulouse, le 3 janvier 2008

Bonjour,

Le collectif toulousain « Résistance à la Délation » s’est constitué en 2004. Il se composait d’organisations syndicales, d’associations, de citoyens et de citoyennes. L’objectif était de lutter contre la mise en place d’un projet de loi dit de prévention de la délinquance. Malgré les différentes actions menées, le projet est devenu loi le 7 mars 2007.

Depuis, nos inquiétudes de l’époque deviennent réalités :

 ensemble de la population de plus en plus fichée,

 généralisation et banalisation de la délation,

 levée du secret professionnel, partage et transmission de l’information à l’insu des personnes,  dérive de toute action d’aide vers du contrôle social,

 dérive du pouvoir du maire : les municipalités de plus en plus intéressées pour obtenir des informations sur ses administrés,

 nous devenons tous et toutes des délinquants potentiels,

 instrumentalisation des services publics, des travailleurs sociaux

Cela se traduit dans les faits par :

 à la préfecture de la Haute-Garonne, mise en place de fonctionnaires spécialisés dans la traque des sans papiers en lien avec la Police de l’air et des frontières.

 dans l’Education Nationale, les fichiers base élève permettent de centraliser à la Mairie des informations de type : nationalité, langue parlée au domicile, origine…

 des gardes à vue de travailleurs sociaux qui refusent de rompre le secret professionnel et de collaborer avec les forces de Police.

 dans le Var, mise en place par la Police d’un dispositif de délation qui recueille anonymement témoignages, photos, vidéos.

 dans certaines CAF, ASSEDIC, ANPE, inspections du travail des dispositifs se mettent en place pour traquer les sans papiers.(circulaire Hortefeux juillet07)

En fonction des dérives constatées, des actions sont engagées. Notamment à Toulouse où des initiatives voient le jour contre la base élève et contre le projet de la Préfecture. L’application de la loi de la prévention de la délinquance va amener à une généralisation de dérives sécuritaires et délatrices. Aussi, nous devons nous rassembler pour faire front à ses inquiétantes perspectives. Il convient aussi de dénombrer tout ce qui se passe autour de nous qui n’est pas encore révélé au grand jour et qui est organisé sournoisement. Différents réseaux de résistance sont en train de se mettre en place. Il est nécessaire que nous nous rencontrions pour nous unir dans ces luttes. Dans cet esprit, une action collective et médiatique pourrait être envisagée.

POUR CE FAIRE, NOUS VOUS PROPOSONS DE VENIR EN DISCUTER LE 28 JANVIER 2008 A 20H30 1, rue Delpech local de Sud Services Publics, salle du rez-de-chaussée.

« Le bruit des pantoufles est plus inquiètant que le bruit des bottes. »

Collectif toulousain« Résistance à la délation » (contre la Loi « Prévention de la Délinquance »)

Courriel : antidelation.tlse abri.org

Site national : www.abri.org/antidelation/ « Du côté des collectifs », « Collectif Haute-Garonne »