Rassemblement devant le conseil général des hauts-de-seine vendredi 30 mars !

jeudi 22 mars 2007, par Nath

A L’APPEL DU COLLECTIF ANTI-DELATION 92 (CGT, FSU, SUD SANTE SOCIAUX)

RASSEMBLEMENT DEVANT LE CONSEIL GENERAL (JOUR DE L’ASSEMBLEE DEPARTEMENTALE)

VENDREDI 30 MARS 2007 A 9H 30


La loi dite de « prévention de la délinquance » a été adoptée le 22 février 2007 !

Cette loi liberticide s’attaque aux fondements de l’action sociale et éducative, elle fragilise la position des travailleurs sociaux dans leur fonction en remettant en cause le secret professionnel (art. 8) et la relation de confiance avec les jeunes et leur famille. Elle affaiblit encore un peu plus notre société en faisant des citoyens les plus en difficulté, des coupables potentiels.

Le pouvoir des Maires remplace définitivement l’action sociale dans un objectif obsessionnel de lutte contre l’insécurité. Au nom d’une soi-disant meilleure efficacité de la prévention, on aboutit à l’effet inverse ! Nous dénonçons également le pouvoir donné aux maires de suspendre les allocations familiales, de mettre en place un conseil des devoirs et des familles, et de constituer des fichiers (CAF, éducation nationale…).

La prévention ne doit pas s’appuyer sur la sanction.

Les familles, les jeunes, ont besoin d’une politique sociale et éducative.

Dans le 92, nous constatons le contraire :

Les Circonscriptions de la Vie Sociale rencontrent des difficultés de fonctionnement (postes vacants, turn-over important, services saturés…). L’Aide Sociale à l’Enfance fait face à de nombreuses nouvelles missions sans moyens supplémentaires. Les projets concernant les centres de Protection maternelle et Infantile sont alarmants. La mise en place imposée de policiers à l’intérieur des établissements scolaires est inacceptable, alors que de nombreuses créations de postes d’assistants sociaux scolaires, de conseillers d’orientation… sont indispensables dans les collèges et les lycées. La prévention spécialisée n’a pas les moyens nécessaires et le contrôle social s’intensifie au détriment du travail auprès des jeunes.

MANIFESTONS POUR :

-  Le respect du secret professionnel,

-  Le respect des libertés individuelles pour chaque citoyen

EXIGEONS DES MOYENS :

-  Des embauches de travailleurs sociaux à la hauteur des besoins et de l’urgence sociale,

-  Des conditions de travail et salariales revalorisées.

COMME PROFESSIONNELS, COMME CITOYENS, NOUS SOMMES TOUS CONCERNES ! MOBILISATION MASSIVE LE 30 MARS POUR ETRE RECUS PAR LE PRESIDENT DU CONSEIL GENERAL !