Rapport RUESTCH « Délinquance juvénile » : il propose de créer un nouveau métier « EDUCATEUR DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE » pour les zones urbaines sensibles - et qui dépendrait du maire !

mercredi 31 mars 2010, par Coordination Région Parisienne


Avec une formation spéciale à l’utilisation du karcher...?

Sur le site du Ministère de la Justice, on trouve en ligne un nouveau rapport sur « Prévenir la délinquance des jeunes ». Ce rapport a été remis le 18 février 2010 à Jean-Marie Bockel secrétaire d’Etat au Ministère de la Justice, et maire de Mulhouse, par Jean-Yves Ruestch qui est le responsable du pôle « prévention » de Mulhouse. On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même.

Ce rapport de 146 pages, est une sorte de compilation de rapports et études, d’états des lieux institutionnels, et reprend exactement les déclarations d’objectif du 1er Ministre faites le 2 octobre 2009, dans son plan 2010-2012 pour la « prévention de la délinquance ».

Sur la forme, il est clair et bien rédigé (pour éviter de refaire un rapport Benisti ou les enfants parlent « patois » chez eux ?....). Sur le fond, il y en a pour tous les goûts...

Dans les PROPOSITIONS faites, qui ont de fortes chances d’avoir des suites vu le contexte, on note :

- « L’organisation d’Etats Généraux de Prévention de la Délinquance Juvénile d’ici fin 2010 pilotés au plus haut niveau par un membre du Gouvernement... » (p.77) Dans la liste des états généraux en cours au gouvernement, il n’y avait effectivement pas encore celui-là.

- « Mettre en oeuvre un programme « d’acquisition d’habiletés sociales » dans les écoles maternelles. » (p.92) Un de ces nombreux « programmes » des canadiens ... pour programmer les enfants ?

- « Accompagner l’élaboration d’une charte déontologique type du partage d’informations, d’un guide méthodologique élaboré en commun avec le CSTS et prévoir des formations interinstitutionnelles sur ce thème ». (p.127) Là aucune surprise, c’est la reproduction mot pour mot de la mesure 22 du Plan d’octobre 2009, déjà fixée par le gouvernement.

- « Refléchir à la création la proposition d’un nouveau métier « éducateur de prévention de la délinquance » (...) pour intervenir en particuliers dans les quartiers ZUS et les établissements scolaires prioritaires. Ils seraient rattachés aux communes et aux EPCI dans le cadre des CLSPD. » (p.129) Qui les emploierait ? Le maire ou le président de l’intercommunalité... ! Les éducateurs spécialisés dont le métier existe depuis près de 40 ans, apprécieront les détails, ainsi que les assistantes sociales scolaires qui ont déjà vu débarquer les emplois-jeunes en « médiateurs », puis actuellement les « médiateurs de réussite scolaire », les équipes mobiles de sécurité, etc.

Pendant ce temps-là  :

« Les centres éducatifs et professionnels en sursis  ? Alors qu’elles constituaient souvent le dernier filet avant la délinquance ou l’errance, ces structures atypiques, qui ont pourtant montré tout leur intérêt, n’ont pas été reconnues par la loi 2002-2 et sont victimes du désengagement financier des pouvoirs publics. »

Article des ASH - 12 mars 2010 p.24

ou encore :

« La prévention spécialisée est en danger. Et la protection de l’enfance avec elle.(...) un cri d’alarme sur le risque de voir disparaître cette intervention du paysage social et éducatif, car les conseils généraux dans une mauvaise passe financière, pourraient tailler dans les financements accordé à ce secteur en se recentrant sur leurs dépenses obligatoires »

Article des ASH – 29 janvier 2010 p.24

Mais cela, il n’y en a pas un mot dans l’état des lieux du rapport RUESTCH...

En ligne sur le site du ministère : http://www.justice.gouv.fr/index.php?rubrique=10047&ssrubrique=10049&article=18997

Agnès