Proposition d’une charte « antidélation »

Document de travail

jeudi 22 mars 2007

Le 17 mars 2007, 15 collectifs locaux, ainsi que le CNU, se sont réunis afin d’organiser la résistance à la loi de Prévention de la Délinquance aujourd’hui en application. Entre autres pistes de travail, un projet de Charte a été proposé. Ce n’est pas un document définitif. Il est en attente d’amendements de la part des différents collectifs. La prochaine réunion est prévue le samedi 12 mai prochain. Une première critique de ce projet de charte a été formulée lors de sa lecture le 17 mars:pour certains, il s’agissait de viser plus précisément les professionnels à la fois dans un appel à ne pas collaborer à la diffusion d’informations privées et dans le soutien à apporter en cas de refus de collaborer. Les remarques, commentaires, critiques sont les bienvenus.


CHARTE D’ENGAGEMENT A LA RESISTANCE ET AU REFUS DE LA DELATION (PROJET)

Dans un pays dont la puissance économique pourrait permettre d’autres choix, les politiques actuelles génèrent des régressions sociales sans précédent. Elles excluent un nombre de plus en plus important d’individus du travail, du logement, de la santé, de l’éducation, de la culture, etc.…

Citoyens, citoyennes et professionnel(le)s, nous refusons la stigmatisation des populations et nous refusons d’y participer ! La loi « Prévention de la délinquance » porte atteinte aux libertés individuelles et collectives ainsi qu’au respect de la vie privée.

Nous exigeons le respect des droits de l’homme et des droits fondamentaux. Nous revendiquons pour tous l’égalité de droit et de traitement sur l’ensemble du territoire. Nous voulons une politique sociale ambitieuse avec des moyens correspondants : priorité nationale au logement, à la protection sociale, à l’emploi, à l’éducation, à la santé.

Aussi,

- Nous exigeons l’abrogation de la loi dite « de prévention de la délinquance ».
- Nous refusons d’appliquer cette loi ! Il est hors de question de considérer toute personne ayant des « difficultés sociales, éducatives ou matérielles » comme un délinquant potentiel !
- Nous refusons l’obligation de délation qui anéantit toute politique de prévention et d’accompagnement des personnes.
- Nous refusons que des informations concernant notre vie privée soient divulguées au Maire.
- Nous refusons que nos enfants soient fichés, que nos allocations familiales soient supprimées, etc..
- Nous refusons tout recoupement de fichiers informatiques car il vise un contrôle total de la population.
- Nous refusons une société de contrôle social, de délation et de répression.
- Nous nous engageons à soutenir toute personne qui refuse et résiste à cette loi !

NOM PRENOM SIGNATURE

Chartres, le 17 mars 2007.


1 Message

  • Proposition d’une charte « antidélation »

    23 avril 2007 23:41, par jean marie thomine

    ne pouvant être présent le 12 mai je réitère mon opposition forte et formelle du 17 mars à une « charte » fourre tout qui confond engagement des professionnels et déclaration citoyenne type pétition.
    L’un et l’autre sont indispensables mais inconfondables ; la charte perdrait toute sa substance et son sens et personnellement je ne verrais aucun interêt en tant que professionnel à la signer et à la faire signer car elle ne m’engagerait en rien. J’ai présenté le 17 mars les arguments et les outils que nous avons mlis en place en basse normandie sur les bases de l’ancienne charte qui conserve, elle, tout son impact, je souhaite qu’il en soit tenu compte.
    cordialement
    Jean Marie Thomine, comité de veille 14, snuasfp-fsu