Prévention de la délinquance : mobilisation contre le contrôle des populations

article trouvé sur video base project - auteur Regarde à vue

vendredi 31 mars 2006, par Emmanuel


Voir en ligne : videobaseproject

Le 22 Mars 2006 à Paris, 3000 citoyens et professionnels du social se mobilisent contre le projet de loi Sarkozy sur la prévention de la délinquance.

Initié en 2003 par Mr Sarkozy, ce projet ne cesse de s’alimenter de rapports ahurissants (Benisti, Hermange, Inserm...) et d’expérimentations locales dangereuses (Chambéry, Montpellier, Vitry le François, Annonay ...).

La compilation des dérives sécuritaires est copieuse et disséminée. Les intentions comme la sémantique utilisées dans les différents rapports ne laissent plus de doute sur la dangerosité de ce projet (« Créche préventive », courbe de la délinquance dès la naissance, prévention dès la maternelle, carnet de comportement, ...).

Les précaires sont susceptibles d’être des victimes de la délinquance le cas échéant des délinquants eux mêmes. Cette position outrageuse justifie le fichage des populations fragilisées en utilisant les professionnels du secteur social, sanitaire et scolaire.

Le Ministère de l’Intérieur s’invite dans le domaine de la petite enfance, de l’éducation, de la santé, du travail social, du logement, de l’urbanisme. Cette omnipotence devrait suffire à nous questionner sur le sens de ce projet.

Ce dispositif prévoit que les maires puissent centraliser les informations et utiliser leur autorité, ce qui peut laisser imaginer le pire en matière de partialité et d’incompétence. Elus pour administrer une commune, ils pourrons exercer des rôles décisifs en matière de justice , de santé, d’éducation et d’orientation sociale. Les propos racistes et les illustrations médiatiques récentes de certains maires ne présagent rien de bon sur l’idée que « le bon sens est près de chez vous ».

L’ultra-liberalisme fait disparaître l’Etat providence et affaiblit les solidarités, mais l’Etat prévoit de s’immiscer dans les foyers, dans nos vies privées, au sein des familles, de l’éducation parentale.

La prévention de la délinquance ainsi envisagée, vise le contrôle des populations et participe d’une idéologie nauséabonde sous couvert d’arguments sécuritaires pour le bénéfice de tous.

http://www.abri.org/antidelation/index.php3