« PREVENTION DE LA DELINQUANCE », ça continue... Rapport BENISTI 2011 : des morceaux choisis.

dimanche 27 novembre 2011, par Coordination Région Parisienne


Sur ce thème, il y avait eu le premier fameux Rapport BENISTI de 2005-2006 qu’on ne présente plus...

Ce 2ème rapport du député Jacques-Alain BENISTI remis en février 2011 au Premier Ministre sur « la Prévention de la Délinquance des Mineurs et des Jeunes Majeurs », à l’exception de l’excellent communiqué du Collectif « pasdeOdeconduite », n’a pas fait beaucoup parlé de lui...

- C’est une injustice qu’il nous faut absolument rétablir !

Sur les 160 pages de ce 2ème rapport BENISTI, on peut citer quelques morceaux choisis :

1. Commençons par des passages drôles :

- Page 148 : La belle langue française...

En 2005, il y avait pour M. BENISTI la grave question « des enfants qui parlent “patois du pays” chez eux » (sic).

En 2011, sur le même souci, M.BENISTI écrit TRES EXACTEMENT (le texte est copié-collé) : « Pour des familles issues de l’immigration, le cours de langue françaises doivent être proposés. Il est important aussi que les parents parlent le français avec leurs enfants pour que la langue ne soit pas un handicap pour la socialisation de l’enfant. Les parents doit pouvoir accompagner leur enfant dans la scolarisation. »

(M.BENISTI apparait toujours adopter résolument lui-même, dans ses rapports un « patois du pays ».)

- Page 130 : Les difficultés des parents d’enfants délinquants...

« On peut donc définir deux grandes typologies de familles de mineurs délinquants : celles qui craquent et ne font pas face et celles qui sont à l’origine des violences de leur enfant par des comportements pervers, des difficultés économiques, sociales ou culturelles. »

(Sans commentaire.)

-Page 38 : Les deux lois « Prévention de la délinquance » et « Protection de l’enfance » de 2007...

« De surcroît, la concomitance des deux lois promulguées le 5 mars 2007 sans prévoir d’articulation entre les deux domaines concernés, mais aussi les deux niveaux institutionnels, départemental et local, a ajouté à la confusion ambiante, et nécessitent aujourd’hui une rationalisation. »

(C’est bien M.BENISTI qui dit cela !)

2. Passons par le vieux refrain crin-crin sur le « partage d’informations » :

- Page 63 « Proposition : Organiser les relations entre le maire et les travailleurs sociaux pour favoriser l’échange d’informations nominatives sans pour autant remettre en cause le secret professionnel. Concrètement nous pensons qu’il est temps d’élaborer, en liaison avec le conseil supérieur du travailleur social, une charte déontologique type pour le partage d’informations nominatives dans le respect du secret professionnel. »

(Rappelons que les notables peu résistants de ce « Conseil Supérieur du Travail Social », doivent rendre ce rapport sous peu en 2012.)

3. Terminons ces petits extraits, par les nouvelles « idées-chocs » de M.BENISTI :

- Page 75 : « Proposition : Créer un code de l’enfant pour plus de visibilité des textes en vigueur. »

(Avec un sous-chapitre pour un code des bébés ?)

- Page 141 : « Proposition : Rendre l’école maternelle obligatoire pour les enfants de 3 ans. »

(Avec une suspension des Allocations familiales en cas d’absentéisme ?)

Voici pour quelques points. Chaque professionnel et militant du social, de l’éducation ou de la santé, peut trouver d’autres éléments dans ces 160 pages.

Parmi la pluie de « rapports Prévention de la Délinquance »... depuis maintenant 2 ans, le sénateur Jean-Marie BOCKEL, a bien remis de son côté le 13 septembre 2011, son rapport « Prévention de la Délinquance : agir ensemble ». Celui-ci fait 108 pages...

Qui a copié sur qui, dans tous ces rapports ? Une chose est certaine : le « style BENISTI » reste totalement inimitable !! Et on peut penser que l’on va réentendre parler des idées de M.BENISTI, malgré la concurrence féroce qui fait rage...

Vous trouverez ces deux documents en pièce-jointe, au format PDF.

Bonne lecture !

Agnès.