PÉTITION : PAS DE LEXOMIL DANS LE BIBERON !

Charlie Hebdo du 1.03.06

lundi 6 mars 2006


Les professionnels de la santé et de l’ éducation, pédo­psychiatres en tête, refusent, dans une pétition qui, diman­che, avait déjà recueilli plus de 28000 signa­tures, de traquer dès la petite enfance, comme le préconise l’ expertise de l’ INSERM, les « trou­bles de conduite » censés annoncer le parcours vers la délin­quance. Si les pétition­naires se sont mobili­sés cinq mois après sa sortie, c’est que ce rap­port prend un relief tout particulier : il sert de référence et de jus­tification au projet gouvernemental de prévention de la délin­quance. Dans cette exper­tise, tout droit impor­tée des approches déterministes à l’anglo-­saxonne, les enfants sont réduits à une somme de comporte­ments où la fugue, la bagarre et le fait de contraindre à des actes sexuels sont placés sur le même plan. Le moindre geste de l’ enfant peut être inter­prété comme l’expres­sion d’une personnalité pathologique qu’il faut neutraliser au plus vite : dépistage à 36 mois et rééducation à domicile, puis, à par­tir de 6 ans, adminis­tration de médicaments pour les plus agités et pour le bien-être des laboratoires pharma­ceutiques. Se profile là le grand retour de l’ in­néité et l’ héritabilité de la criminalité, le formatage des gamins dans un moule iden­tique et la volonté d’as­seoir les spécialistes de l’ enfance au service de la politique sécuritaire.

AGATHE ANDRÉ

www.pasde0deconduite.ras. eu.org