RETRAIT DU PROJET DE LOI DIT DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE : Manifestation à ANGERS, mardi 10 octobre à 10h00, Place Leclerc

vendredi 6 octobre 2006

- à 10h, Place Leclerc

- à 10h30, Partage du café (et non du secret professionnel !) devant la Mairie, Rencontre des Angevins, Demande d’audience et dépôt d’un Dossier au Maire d’Angers

- à 11h30, Dépôt d’une motion à la Préfecture, Accrochage des diplômes, Pique-nique (prévoir l’anti-pluie).

Le cortège de la manif sera ouvert par la banderole du collectif, et toutes les autres sont les bienvenues tant qu’elles revendiquent le même objectif, à savoir le retrait pur et simple du projet de loi.


Cette manifestation du 10 octobre est une première étape pour exiger le retrait du projet de loi. Elle doit être forte en démonstrations symboliques, (habits noirs, avec tout ce qui peut rappeler les corbeaux, baillons, photocopies réelles ou virtuelles de diplômes sur les grilles de le Préfecture, etc.) !

Des appels à la grève et à la mobilisation sont lancés par plusieurs syndicats dont Solidaires, SUD-Education, SUD-Santé-Sociaux, SUD-CT, CGT-Conseil Général, CGT-ASEA, CGT-Césame, SNUAS FP-FSU.

CFDT Inter-Co et CFDT Santé-Sociaux s’associent à l’appel du Collectif 49.

TEXTE D’APPEL

Citoyens, parents, professionnels du social, de la santé, de la psychiatrie, de l’éducation, de la justice, et enseignants, nous nous mobilisons contre le projet de loi relatif à la prévention de la délinquance du Ministère de l’Intérieur qui vise à construire une société basée sur le contrôle, l’exclusion, la délation et la répression.

Ce projet de loi qui vient d’être adopté par le Sénat le 21 septembre avec 69 amendements, va maintenant être discuté au parlement, et peut encore être modifié. Il donne aux maires des nouveaux pouvoirs de contrôle sans recours, jusqu’alors dévolus à la Justice, à l’Educatif, au Médical ou au Travail Social (hospitalisation d’office, accès aux information concernant les personnes rencontrant des difficultés éducatives familiales et sociales, rappels à l’ordre, sanctions diverses, etc.) au mépris du droit au respect de la vie privée et dans un objectif non pas d’aide mais de répression.

Les professionnels sont attaqués dans leurs missions basées sur une relation de confiance dans laquelle la personne n’est pas suspectée mais au contraire respectée. Les citoyens sont attaqués dans leurs droits et leurs libertés fondamentales.

En attaquant le secret professionnel, ce projet met à mal l’idée d’un accompagnement social, médical, éducatif basé sur la confiance, l’échange et le respect de l’autre.

Chacun de nous est concerné par ce projet : que nos enfant aient des difficultés scolaires, que nous ayons des problèmes de santé, une perte d’emploi ou des difficultés financières nous pouvons faire l’objet d’une information au maire de notre commune sans connaître l’utilisation qui sera faite des informations vous concernant.

Ce projet fait de chacun de nous un délinquant potentiel et met en place les bases d’une société où la suspicion remplace les missions de solidarité et d’aides aux personnes en difficulté.

Est ce une solution pour lutter contre la délinquance ? Serons nous plus en sécurité en étant fichés ?

Ce projet est liberticide et anti-démocratique. Il bafoue le travail sanitaire et social, éducatif et de prévention.

Voulez-vous que l’assistante sociale ou l’éducateur donne toutes les informations vous concernant si la police le lui demande ?

Voulez-vous être dénoncés au maire par les enseignants, et être inscrits dans un fichier municipal si votre enfant a des problèmes à l’école ?

Etes-vous d’accord pour que le maire supprime vos allocations familiales si vous ne lui obéissez pas, quand il vous dit comment éduquer votre enfant ?

Voulez-vous vous méfier de tout le monde par peur d’être dénoncé à la police par un nouveau corps de citoyens volontaires recrutés par la police ?

Voulez-vous que votre médecin informe la justice, même sans votre accord, sur des problèmes d’ordre privé ?

Voulez-vous que le maire puisse vous faire interner à l’hôpital psychiatrique à votre insu et sans certificat médical ?

NOUS SOMMES TOUS CONCERNES ! Résistons ensemble !

PROCHAINE RENCONTRE : MARDI 17 OCTOBRE A 18H00 A LA BOURSE DU TRAVAIL D’ANGERS

Merci à tous de nous rejoindre, car si la mobilsation est maintenant bien en marche dans tous les départements et bien sûr dans le nôtre aussi, nous allons devoir convaincre encore davantage, car les soutiens de Sarkozy vont se déployer tout-azimuth. Même si leurs arguments imprégnés de culture sécuritaire et de haine pour attiser les uns et les unes contre les autres aux fins de construire l’insécurité, sont simplistes , ils restent influents sur une grande partie de la population. A nous d’aider chacun à démasquer leur logique et les buts recherchés qui n’apportent aucune réponse aux problèmes de chacun ... bien au contraire.

Contacts Collectif CIACTS49 : 06 77 75 30 20 Tél/Fax 02 41 68 36 57 cvacts49 free.fr

Soutenu par : AC ! Angers, ATTAC 49, Syndicat CGT-ASEA, Syndicat CGT-Cesame, Syndicat CGT-Conseil-Général, FCPE 49, CLAM, LCR, Mouvement de la paix, Ras l’Front 49, SNPES-Protection Judiciaire de la Jeunesse-FSU, SNUAS-FP-FSU, Syndicat de la Médecine Générale, SUD-Education, SUD-Santé-Sociaux, SUD-Territoriaux, USD Santé et Action Sociale CGT, Union départementale CGT, CETSA (collectif des étudiants du travail social angevin), Collectif de soutien sans-papiers, Espace-Marx-Anjou, Collectif des Sans Papiers 49, Comité Anti-Répression 49, REFLEX-Angers, des individuels...