Pyrénées-Atlantiques : Deux actions proposées les 10 et 11 octobre

mercredi 4 octobre 2006

Le Collectif Antidélation 64 propose 2 rendez-vous

Mardi 10 oct 2006 à 18 H

Rassemblement Devant la Préfecture de Pau dans le cadre de la journée nationale de mobilisation

Mercredi 11 oct 2006 à 19 H

Débat public ouvert à tous à l’Institut du Travail Social rue Poplawski à Pau

De l’état social à l’état pénal, comment le discours politique est passé de la lutte contre le chômage et la précarité, à la lutte contre l’insécurité.

avec Didier Eckel Formateur de travailleurs sociaux à Lyon, Enseignant en sociologie


Collectif Antidélation 64 antidelation64 hotmail.com http://www.abri.org/antidelation/

9 millions de suspects désignés :

TOUS ENSEMBLE POUR LUTTER CONTRE LE PROJET DE LOI DE SARKOZY « DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE ». APPEL à tous les TRAVAILLEURS SOCIAUX, ENSEIGNANTS, MAGISTRATS, CITOYENS

Le souci essentiel de ce projet de loi est le maintien de l’ordre public, stigmatisant les populations en difficulté. Le Ministre de l’intérieur confond volontairement prévention et répression. L’humain est remplacé par la vidéosurveillance et la délation est institutionnalisée comme mode de gouvernance : « Tout professionnel qui intervient au bénéfice d’une personne présentant des difficultés sociales, éducatives ou matérielles, est tenu d’en informer le maire de la commune de résidence (... ). L’autorité ayant pouvoir disciplinaire peut agir (. . . ) en cas de méconnaissance, par le professionnel, de cette obligation. ».

Ce projet institue un devoir de signalement par les éducateurs, enseignants, assistants sociaux, éventuellement médecins des services sociaux et tous professionnels intervenant auprès de personnes en difficulté.

Tous les professionnels devront faire converger leurs actions vers le maintien de l’ordre public au détriment de l’action éducative et sociale (déjà mise à mal par la diminution des subventions de l’Etat aux associations).

IL Y A AMALGAME ENTRE DIFFICULTES SOCIALES ET DELINQUANCE.

Cette remise en cause du travail social et de l’éducation laisse à penser qu’ils n’ont pas de place dans cette société libérale et que le lien social s’articulerait autour de la délation et du contrôle social.

Nous, acteurs du social et de l’éducation, ne sommes pas des auxiliaires de police. Ce projet de loi rappelle les plus sombres périodes de 1’histoire : il est une atteinte sans précédent aux libertés, au respect des usagers et au travail social.

On ne résout pas la misère sociale par la délation et la répression ; nous ne voulons pas de cette société-là. Les réponses à apporter s’inscrivent dans un autre choix de société.

Ce projet de loi est déjà passé au Sénat, mettons en place une large mobilisation de tous les secteurs pour organiser une riposte avant son passage à l’Assemblée Nationale.

Ne pas jeter sur la voie publique

Les premiers signataires : Résistance à la délation 64, la FSU 64, la FCPE 64, FO, l’Association de Prévention Spécialisée du Pays des Gaves, l’ UNSA Education 64, l’Union locale CGT Pau, le MFPF 64, l’Association du Quartier Est Mourenx, La Maison pour Tous Léo Lagrange, le CIDF, la Maison des Femmes du Hédas, ATTAC Pau, La Ligue des droits de l’homme, MRAP, CIAT