NON À LA RÉPRESSION DES ACTEURS DE LA SOLIDARITÉ

Communiqué LDH du 20 avril 2004

mardi 20 avril 2004, par Emmanuel


Olivier Pira, éducateur au service droits des jeunes à Lille, a été mis en garde à vue le 6 avril 2004 pour « aide au séjour irrégulier d’un étranger » alors qu’il avait été initialement contacté par la Police de l’air et des frontières pour « clarifier » la situation d’un jeune de nationalité française, suspecté de fraude à l’état civil.

Cette affaire est exemplaire à double titre. Elle illustre la volonté gouvernementale d’une part de considérer les mineurs et jeunes majeurs isolés comme des suspects et non comme des personnes devant être protégées, et d’autre part de poursuivre pénalement les acteurs sociaux et associatifs qui accueillent, orientent, informent et accompagnent les ressortissants étrangers. Les textes en vigueur, en particulier l’article 21 de l’ordonnance de 1945 durcissant le « délit d’aide au séjour irrégulier », donnent des moyens de pression supplémentaires sur les acteurs de la solidarité. Dans la même logique, l’avant-projet de loi dit de « Prévention de la délinquance », qui fait, entre autres, obligation aux professionnels du social et de l’éducatif d’informer les maires des dossiers des personnes en difficulté, renforce cette volonté d’accentuer le contrôle social et la répression.

La Ligue des droits de l’Homme dénonce la mesure prise à l’encontre d’Olivier Pira et reste vigilante sur les suites. Elle rappelle que les travailleurs sociaux ont une fonction d’aide et de soutien à toute la population, quel que soit le statut administratif des personnes. Ils ne peuvent en aucun cas faire l’objet de pressions et être pénalisés parce qu’ils remplissent leurs missions.