Mobilisation du Collectif 85 contre le projet de loi Sarkozy de prévention de la délinquance

Vendée Matin du 12.12.05

lundi 12 décembre 2005

Le Collectif contre la dé­lation et la répression so­ciale prépare une mobili­sation contre un projet de loi du ministre de l’in­térieur.


C’est le projet de loi « Préven­tion de la délinquance » qui mobilise les énergies, de la part des membres du Collectif 85 contre la délation et la répres­sion sociale. Ce collectif lance une pétition, organise une mo­bilisation en Vendée le 13 dé­cembre et se prépare à une ac­tion nationale en janvier. Ses représentants viennent de se réunir à la Bourse du travail, à La Roche.

Fin du secret professionnel Ce collectif a été constitué il y a un an. II regroupe des associa­tions (comme Ligue des droits de l’homme, No pasaran), des syndicats (comme CGT, FCPE, FSU, Sud, syndicat de la méde­cine générale), des partis poli­tiques (comme LCR, PCF) et des citoyens. Lors de la réunion de ce collectif, mercredi soir à La Roche, Philippe Doreau (Sud) notait : « Déjà ministre de l’Inté­rieur en 2003, Sarkozy avait déjà rédigé son projet de loi de prévention de la délinquance. Maintenant, il prend prétexte de la crise des banlieues pour le ressortir et le présenter d’un jour à l’autre sur le bureau du Premier ministre. » Et d’ajouter : « C’est taper sur la tête des gens les plus en difficul­té. C’est mettre de l’huile sur le feu. » Et d’expliquer : « La mesure phare de ce projet de loi est de faire du maire le coordinateur de toute intervention sociale dans sa commune. Il serait le destinataire de toutes les infor­mations confidentielles déte­nues par les travailleurs so­ciaux, informations qu’il parta­gerait avec la police, à travers la tenue des conseils locaux de la sécurité et de la délinquance. C’est la fin du secret profession­nel. » La raison du plus fort

Pour les membres du collectif, qui compte de nombreux re­présentants de ces travailleurs sociaux, « les gens ne viendront plus nous parler de leurs diffi­cultés, lorsqu’ils sauront qu’elles seront divulguées. À cela s’ajoutera le dépistage des enfants dits futurs délinquants, jusque dans les crèches, pour imposer des soins médicaux. Tout est dans le répressif, rien dans le préventif. » Ce collectif organise une soirée débat, mardi 13 décembre à 20 h 30, dans l’auditorium du conservatoire, place Napoléon, sur ce thème du projet de loi « prévention de la délinquance », avec la projec­tion du film documentaire de Patrick Jean, La raison du plus fort (entrée libre, participation libre aux frais). Le collectif ven­déen se joindra à toute initiati­ve du collectif national unitaire qui envisage une journée na­tionale d’action en janvier, contre ce projet de loi, lorsqu’il sera officiellement connu.

B.I.