Le collectif du Loir et cher ne baisse pas sa garde

vendredi 11 juin 2004

Lors de la grève du 3 juin, le collectif a obtenu d’être reçu par un des vice présidents du Loir et Cher, demain vendredi, les travailleurs sociaux du 41 sont appelés à ce retrouver à la bourse du travail à Blois à 14 heures, à se retrouver à la préfecture où une rencontre avec le préfet est prévue.


Le 3 juin, nous étions encore une bonne soixantaine lors de notre dernier rassemblement à Blois. Les menaces sous jacentes sur Vendôme nous ont motivées pour mener une action à Blois, tout en étant solidaires de nos collègues de Vitry le François. Une délégation de notre collectif fut reçue par une délégation du conseil général, élus et administratifs réunis. Nos attentes et notre appréhention, en tant que travailleur social, au sujet du projet de loi sur la prévention de la délinquance s’entrechoquent avec les discours politiques. Nous ne nous sentons en aucun cas soutenus dans la volonté d’abondonner ce projet, ni lors de cette rencontre, ni lors des rencontres précédentes avec les différents députés, maires et conseillers régionnaux de notre département. Il faut savoir tout de même que 3 délégations du collectif41 se sont formées pour les rencontrer sur les trois préfectures et sous préfectures du 41 : Blois, Romorantin et Vendôme. La rencontre de demain avec le préfet sera donc soutenue dans la rue, sur la ville de Blois par les membres du collectif avec un tract joint pour info ci dessous. Une déclaration s’en suit, je l’a fourni aussi ici même pour information.

ALERTE A LA POPULATION !

Aider, oui ! Dénoncer, non !

Chômage, difficultés sociales, éducatives ou matérielles, nous pouvons tous un jour être concernés. Pour essayer de trouver des solutions, nous pouvons faire appel à un travailleur social. Ce que nous lui disons reste confidentiel car il est soumis au secret professionnel.

Aujourd’hui oui. Mais demain, ce sera différent ! Pourquoi ?

L’avant-projet de loi « Prévention de la Délinquance » précise que : « tout professionnel intervenant au titre de l’action éducative, sociale ou préventive est tenu d’informer le maire de la commune de résidence de la personne au bénéfice laquelle il intervient, ou le représentant désigné par le maire, de l’action entreprise au bénéfice de cette personne ».

Pour les professionnels du secteur médico-socio-éducatif, ce projet est contraire à leur déontologie. Nous refusons l’amalgame fait entre prévention et répression, qui constitue une atteinte aux libertés individuelles.

De plus notre lutte ne se situe pas uniquement au plan national. Les maires de Romorantin et de Vendôme tentent d’appliquer cet état d’esprit dans leurs relations avec les structures sociales, avec l’aval du conseil général... C’est pourquoi nous exigeons l’abandon de ce projet de loi et refusons toute application de cette nature dans le département. Nous demandons les moyens humains et financiers nécessaires pour mettre en oeuvre une véritable politique sociale et économique.

Collectif des travailleurs sociaux du Loir et Cher Travailleurs sociaux non syndiqués - Sud Santé Sociaux 41 - Solidaires 41 CGT Santé Action sociale 41 - CFDT Interco 41 - SNPES PJJ FSU 41

Contact : collectif.loiretcher laposte.net

Imprimé par nos soins - ne pas jeter sur la voie publique

Déclaration du collectif des travailleurs sociaux du Loir et Cher pour le Droit et le Respect des personnes en difficulté

Nous, professionnels du champ social, médico-social et éducatif refusons de participer à la stigmatisation des populations. Nous concevons nos missions dans le respect des droits fondamentaux et revendiquons pour tous l’égalité de droits et de traitements sur l’ensemble du territoire. Nous exigeons l’abandon de l’avant projet de loi dit « pour la prévention de la délinquance ». Nous refusons dès à présent d’appliquer les dispositions inscrites dans les protocoles, conventions et contrats de travail déjà mis en place dans certains départements, qui obligent les travailleurs sociaux à rendre publiques des informations confidentielles reçues dans le cadre d’une relation de confiance, garantie par leur déontologie professionnelle. Il est hors de question de considérer toute personne en difficulté sociale, éducative ou matérielle comme un délinquant potentiel. Dans un des pays dont la capacité économique pourrait permettre d’autres choix, les politiques actuelles génèrent des régressions sociales sans précédent. Pour faire respecter les droits des personnes et répondre à leurs besoins il est indispensable de recourir à des professionnels formés, qualifiés et reconnus dans leurs compétences. Nous refusons l’obligation de délation qui anéantit toute politique de prévention et d’accompagnement des personnes. Nous refusons tout amalgame entre le champ du social, de l’éducatif de la santé et le champ du répressif et du sécuritaire. Nous refusons catégoriquement toute action commune comme toute formation qui entraîneraient une confusion des interventions et la perte du sens de nos métiers. Le travail social ne peut se faire sans une politique sociale ambitieuse : priorité nationale au logement, à la protection sociale, au travail, à l’éducation, à la santé ...Il faut également donner aux professionnels de ces secteurs les moyens de remplir toutes leurs missions. Nous réaffirmons notre volonté de ne pas faire entrer ces secteurs dans le domaine de la privatisation tel que le propose le MEDEF. Nous résisterons à la mise en place de ces projets et nous appelons à organiser collectivement le refus d’appliquer des dispositions qui seraient contraires aux droits inaliénables de l’individu, au respect de sa vie privée, aux droits de l’enfant et à l’éthique professionnelle des personnels sociaux et éducatifs. Les signataires de ce texte s’engagent à être solidaires des professionnels qui subiraient toutes formes de répression. Dés à présent nous organisons un réseau de vigilance.

Collectif des travailleurs sociaux du Loir et Cher

Travailleurs sociaux non syndiqués - Sud Santé Sociaux 41 - Solidaires 41 CGT Santé Action sociale 41 - CFDT Interco 41 - SNPES PJJ FSU 41

Contacts : collectif.loiretcher laposte.net - www.abri.org/antidelation

Nous nous sommes inspirés de la déclaration des travailleurs sociaux d’un de nos départements limitrophes le Loiret. Salutations solidaires.

Isabelle.