Le collectif 76 fait sa rentrée...

samedi 24 septembre 2005, par Sophie.L


La fin de l’été a été marquée par les terribles incendies dans les deux immeubles Parisiens, et dans une tour HLM du Val de Marne. Certaines familles expulsées sur ordre de Sarkosy sont encore dehors avec leurs jeunes enfants. Chaque jour à Paris de nouveaux squatts sont évacués par les C.R.S., les entrées murées, et l’on ignore ce que deviennent ces personnes qui vraisemblablement viennent rejoindre le cortège des demandeurs d’asile jetés à la rue.

L’aggravation de la situation du logement perdure, les locataires aux revenus modestes sont chassés des centre ville, tandis que des centaines d’appartements sont vacants. La loi de réquisition des logements vides n’est pas appliquée, un grand nombre de communes choisisent de payer des amendes plutôt que de construire des habitats sociaux comme la loi les y oblige.

La volonté politique du gouvernement Villepin est claire, avec les restrictions de crédits alloués au CHRS, des licenciements de profesionnels du social sont en cours, certains foyers d’hébergement d’urgence sont en voie de fermeture, des structures de jour n’ont plus de budget pour assurer un repas chaud aux sans domiciles fixes.

Les licenciements des professionnels entraîneront nécessairement la déqualification des personnels faute de crédits, et la multiplication des emplois précaires.

NOUS DEVONS REAGIR !!!

Sympathisants du collectif 76 des salariés du secteur social et médico-social, membres du collectif des travailleurs sociaux en formation, représentants d’organisations syndicales,

nous vous invitons à rejoindre nos prochaines réunions

chaque mercredi à partir de 18 heures

Carrefour des Solidarités,

RUE DES AUGUSTINS à Rouen

près des cinéma les Gaumont.

Nous vous proposons de travailler à la préparation d’un forum convivial centré sur plusieurs thèmes, qui ouvrira le débat et la mobilisation sur des sujets essentiels :

La situation des CHRS :

La conséquence des restrictions de budget sur les personnels et les usagers

La précarité au travers de la situation des mal logés.

Les nouveaux contrats précaires dans le domaine de l’insertion, les « contrats d’avenir », la casse du salariat et des salariés

Les atteintes à la convention 66 :

Projet de mise en place d’une prime d’objectifs. Au travers de cette obligation de résultats refusons de considérer les personnes que nous suivons comme des marchandises !

Remise en question de l’ancienneté

Disparition de nos qualifications professionnelles au profit de la fonction et du champ d’intervention.

Laisserons nous nos professions sociales se désintégrer ?

VENEZ NOMBREUX !!!

Sophie Lecomte pr le Collectif 76 des salariés du Secteur Social et Médico Social