Le Collectif Aubois soutient le Collectif Marnais

Courrier adressé aux instances responsables du fichage à Vitry-le-François

samedi 15 mai 2004, par Nath

Le collectif de l’Aube a envoyé un courrier au Conseil Général de la Marne, à la Préfecture et au Maire de Vitry-le-François. S’il s’agit de soutenir les collègues Vitryates et les populations concernées, il s’agit également de dénoncer une pratique-test qui, si elle n’est pas remise en cause énergiquement et stoppée, deviendra une pratique habituelle sur tout le territoire ! N’hésitez pas à vous inspirer de leur initiative en en faisant de même : les adresses de ces instances sont mentionnées dans l’article « Flicage : test grandeur nature à Vitry-le-François ». Et n’oubliez pas : plus on est de fous, moins ils rient !


Troyes, le 10 mai 2004

M. le président du Conseil général,

En lien avec le collectif national unitaire des travailleurs sociaux, qui s’oppose à l’avant projet de loi de prévention de la délinquance, nous apprenons que le Conseil Général marnais a imposé au personnel de la circonscription de la Solidarité Départementale de Vitry-le-François de renseigner une fiche nominative sur chaque usager ayant rencontré un travailleur social, aux fins de signaler les difficultés précises de ces personnes. Ceci dans le but non pas d’augmenter les aides et soutiens nécessaires, mais de ficher une population dont il faudrait prévenir l’éventuelle délinquance.

Ainsi, la commune de Vitry devient la « vitrine-test » du recensement des pauvres, fichage organisé pour lequel il est demandé la collaboration des travailleurs sociaux, au mépris de la liberté individuelle et du respect de la vie privée des usagers d’une part, et du secret professionnel, du devoir de confidentialité et du respect de l’individu comme valeurs de base des intervenants sociaux d’autre part.

Le collectif des travailleurs sociaux de l’Aube exprime son entière solidarité avec les collègues de cette circonscription dans leur résistance à ce mode opératoire antisocial, illégitime et liberticide, et soutient les initiatives locales et nationales pour l’arrêt immédiat de telles pratiques qui aggravent à notre avis l’insécurité sociale des personnes en difficulté.

A titre d’information, vous trouverez ci-joint la lettre ouverte que notre collectif adresse aux élus et décideurs de notre département, et qui argumente nos positions.

Vous remerciant de votre attention, veuillez recevoir, monsieur le président, nos salutations distinguées.

Courrier rédigé par des T.S., validé par le collectif le 10.05.04 Collectif des travailleurs sociaux de l’Aube « Kiwi-bar » 26, rue des Quinze Vingts 10000 TROYES