La répression et le sécuritaire fonds de commerce de N. Sarkozy.

Communiqué de la Ligue Communiste Révolutionnaire.

dimanche 17 septembre 2006


En catimini s’est ouvert, hier, au Sénat l’examen de la énième version du projet de loi de N. Sarkozy intitulé « prévention de la délinquance ». La LCR renouvelle son opposition radicale à un texte de loi qui vise à donner des pouvoirs exorbitants au maire puisqu’ il lui permet, par exemple, d’obtenir la suspension des allocations familiales, d’hospitaliser d’office en hôpital psychiatrique. La situation de chaque personne connaissant des difficultés personnelles, économiques ou familiales, devra être signalé au maire, transformé en pivot de « la politique de prévention ». L’instauration de l’information partagée est une vraie rupture avec le secret professionnel défendu par les assistants de service social. Une fois de plus, l’ordonnance de 1945 est réformée au détriment de l’éducatif puisque de nouvelles mesures répressives toucheraient les mineurs à partir de 10 ans (et non plus 13 ans) et les jeunes de 16 à 18 ans qui tomberaient sous le coup d’une mesure comparable à la comparution immédiate. Ce projet de loi renforce le fichage de la population. Il est nuisible pour la défense des libertés individuelles. La LCR soutient totalement l’action du Collectif national contre la délation (CNU) et mobilisera pour les initiatives qui seront prises.

Le 14 septembre 2006.