La mobilisation sur l’ile de france contre le projet de loi sur la prévention de la délinquance et la logique sécuritaire continue

samedi 19 février 2005


Bonjour,

Le 10 février nous étions une quinzaine d’éducateurs-trices de prévention spécialisée du 93 à avoir participé et chahuté la conférence-débat du CNLAPS sur le partage de l’information. Nous avons questionné sur les positions ambigües de cette instance représentative de la Prév, de ses liaisons dangereuses avec le forum français sur la sécurité urbaine (FFSU)dont ils sont adhérents, de leur manque de défense de la pratique de la Prév et de ses principes, de leur manque de positionnement et de condamnation des attaques faites contre les équipes de Chambéry, Vitry le François, etc ; nous avons questionné la place de la Prév’ dans les instances telles que les CLSPD où des noms sont cités, où l’anonymat des jeunes est remis en question et quel bilan sur la participation de la prév’ ces 20 dernières années dans les différents dispositifs axés sur le sécurité (CCPD, CLS, CLSPD). Le CNLAPS (ses représentants : B. Heckel son secrétaire, ainsi que le directeur de Ville et Avenir dont je ne me souviens pas le nom) a été destabilisé malgré le petit nombre que nous étions à Pontault Combault ce jour-là. Nous avons donc décidé de réitérer notre acte le 10 mars à la bourse du travail de Bobigny où le CTPS (conseil technique des équipes et clubs de prévention spécialisée) sera présents aussi. Nous souhaitons réaffirmer notre attachement aux principes de la prévention spécialisée et à la pratique éducative qui en découle et interpeller ces deux instances le CNLAPS et le CTPS sur leur position face aux réponses axées sur le tout sécuritaire au détriment de l’éducatif et à l’instrumentalisation de la prév dans cette optique que veulent faire les maires et le gouvernement. Nous proposons de faire une réunion de préparation sur ce sujet le 28 février à 18h30 à la bourse du travail de Montreuil (angle place J. Duclos, rue de Paris) Métro Croix de Chavaux.

Le gouvernement attaque le secteur social, médico-social, médical sur plusieurs fronts, nous nous devons de réagir sur plusieurs fronts aussi. A chaque fois qu’il y a une attaque qu’elle vienne de l’intérieur ou de l’extérieur nous devons questionner, repositionner le débat, répondre, nous défendre, proposer, c’est à nous de nous organiser. Souad


4 Messages de forum

  • Bonjour souad,

    Je profite de ce dimanche neigeux pour réagir a ton texte bien que, je le sais, tu n’en est pas seule responsable.
    J’étais présent, ce 10 février a pontaut et j’ai bien peur que le collectif ile-de-france n’ai commis une erreur statégique en intervenant comme il l’a fait.En effet, depuis quand nous sentons nous solidaires du CNLAPS ? Depuis quand lui reconnaissons nous une légitimité officielle pour nous représenter ? Nous savons avec une certaine certitude que cet organisation va la ou le vent la mène...!de droite, de gauche, la veste sur le dos ou sur l’épaule...!Quel intêret ? Ne perdons pas nos énergies en vaines gesticulations, mobilisons nous ensembles dans la bonne direction, vers ce gouvernement de voyous éhontéments riches qui prône la « positive attitude » à des français qui ne sont même plus en capacité de boucler leur mois avec un job( je vous passe volontairement sous silence le sort de tous les autres, chomeurs, rmistes et autre précaires, nous les connaissons malheureusement trop bien...!)d’envisager des mesures concrêtes en direction d’un aussi terrifiant personnage que peut l’être Bénisti qui tient des propos racistes et calomnieux dans son soi-disant rapport remis a villepin, etc... Les idées ne manquent pas mais votre intervention du 10.02 n’a pas rallié les suffrages de la salle et à même provoqué l’effet inverse ! Restons groupés et solidaires, ne nous trompons pas de cible ! A bientôt, stéphane,prev77.

    • Je ne dis pas que le CNLAPS représente les éduc de prév mais que c’est un interlocuteur privilégié des pouvoirs publics et nous nous devons de dénoncer ses dérives. Si une partie de la salle constituée par des directeurs et des administrateurs d’associations n’étaient pas contents de nos interventions c’est bien parce que nous avons contecté leurs choix à travers le CNLAPS.Une autre partie de la salle constituée d’éducateurs-trices (obligés ou fortement priés de participer à ces conférences par leur direction) nous a soutenue en posant d’autres questions allant dans le même sens que nous au CNLAPS et en nous en faisant part après le débat. De plus, je ne vois pas en quoi nous nous sommes trompés de cible, au pire ou au mieux nos interventions ont eu le mérite de rendre le débat aux éducateurs-trices de base.J’aurais souhaité que tu puisse t’exprimer ce jour là , car comme je l’ai dit plus haut les attaques viennent de plusieurs fronts et je pense que nous nous devons d’y être présents que ce soit face à un CNLAPS interlocuteur privilégié du gouvernement (parce qu’il représente les assoc de prév’) qui veut vendre la prév’ au plus offrant en la torpillant ou bien face au gouvernement lors de manif ou autres actions. Mais une chose est sûre ne rien faire ne fait pas avancer les choses,les manifs ne suffiront pas à faire plier ce gouvenement, on l’a bien vu pour le manif sur les 35h ou sur les retraites. Exprimons-nous, prenons des tribunes car on ne nous les donnera pas. Ne nous trompons pas de cible et s’il y a désaccord discutons-en directement.
      Souad

      • Bonjour,
        Je suis le directeur de l’association Ville et Avenir, je m’appelle Jean-François Gancel.

        J’ai hésité beaucoup avant de prendre la décision d’utiliser votre site pour vous répondre.

        En effet, même si je pense que la polémique stérile est contre productive, je crois qu’il est temps de répondre à certaines contre vérités, amalgames mensongers, voir calomnies douteuses.

        Surtout, ne vous méprenez pas, je ne souhaite pas alimenter à mon tour la polémique mais plutôt apporter une contradiction que je souhaite constructive et nécessaire.

        Dans un premier temps vous dire que ni le directeur technique du CNLAPS, ni moi même n’avons été « déstabilisés » comme vous vous plaisez à le faire croire mais plutôt déconcerté, interloqués, dépités mais surtout inquiets.

        Vos arguments ne reposent sur aucun éléments rééls et tangibles, et vous construisez votre discours sur des allégations mensongères qui nuisent, à mon sens, au débat, ce qui en soi n’est peut-être pas si grave car il suffit de discuter pour se comprendre, mais malheureusement ils sont aussi contre productifs.

        Je vous rappelle, car il est toujours important de remettre les choses dans leur contexte et en perspective, que c’est le CNLAPS qui a soulevé le lievre du contenu de la loi de prévention de la délinquance dès fin 2003 et que c’est notre organisation qui a diffusé très largement ce projet de loi, appelant toutes les autres organisations à nous rejoindre pour s’opposer à celle-ci.

        Je souhaite aussi vous informer que je me suis positionné personnellement auprès des salariés, et que j’ai demandé dès février 2004 à notre association de faire une déclaration que je tiens à votre disposition.

        je vous en livre quelques extraits :

        Pour ce qui concerne le protocole de Savoie :
        "Je tiens à préciser et à affirmer que je m’opposerai de toutes mes forces à cette logique du tout sécuritaire et que je n’engagerai jamais les équipes éducatives dans un accord de ce type, pour moi, contre nature.
        Indéfectiblement attaché à la protection de l’enfance, je mets un point d’honneur à ne pas confondre les missions, et je vous affirme mon attachement à des valeurs d’entraide et de solidarité avec les personnes vivants des difficultés sociales."

        pour ce qui concerne le projet de loi :
        "Sachez que j’ai sollicité de nos administrateurs un positionnement plus politique qui est en cours d’élaboration, je ne manquerai pas de vous en tenir informé personnellement.
        Je vous confirme que je suis et resterais vigilant et que mon engagement auprès des publics en difficultés et des équipes éducatives restera basé sur l’observation stricte d’une éthique au cœur de laquelle je place le respect des personnes."

        Position du conseil d’administration de l’association :
        "L’engagement actif de l’association au sein du CNLAPS lui a permis d’être informée dès le mois de novembre 2003 du projet de loi pour la prévention de la délinquance, dite loi Sarkozy.
        Elle a suivi de très près l’évolution de la situation et s’est engagée pleinement dans la diffusion de ce texte.
        Sa présence active au bureau du CNLAPS lui a permis également d’agir concrètement dans la mobilisation des autres organisations représentatives nationales du secteur social, médico-social et de l’éducation populaire.
        En l’état actuel de la situation, le conseil d’administration dans son ensemble tient à exprimer son désaccord total, et sur la forme et sur le fond, du contenu de ce projet de loi.« De plus, je tenais à vous dire que j’ai beaucoup de mal à comprendre votre »combat" comme vous aimez à le dire et qui sont vos ennemis si vous en avez.

        J’étais moi aussi à la manifestation nationale et je ne me suis pas réjouis du peu de mobilisation.
        Comme je ne me réjouis pas non plus quand lors des négociations autour de la Convention Collective, je ne retrouve que quelques « vieux » directeurs et administarteurs essayant de négocier des améliorations de conditions de travail.

        Savez-vous qu’en 2001 est paru le nouveau « code de l’action sociale et des familles » dans lequel n’apparaissait plus la prévention spécialisée ?

        Souvenez vous que c’est grâce à la mobilisation et aux propositions du CNLAPS que la prévention spécialisée est entrée dans la loi 2002/2 lui conférant une nouvelle légitimité au sein de l’aide sociale à l’enfance.

        Sans l’action du CNLAPS et de ses membres actifs et engagés, la prévention spécialisée serait peut-être devenue...... un service municipal !

        Je pourrais ainsi à loisir en dire bien d’autre, mais je prefere maintenant parler de vous.
        eh oui c’est le juste retour des choses, puisque vous vous autorisez à parler des autres, les autres, en l’occurence moi, s’autorise à parler de vous.

        Sans aucune démagogie, votre légitimité restera intacte si vous restez sur le champ professionnel, si vous vous informez et si vous argumentez à cet unique niveau.
        Vous allez perdre en crédibilité si vous continuez dans l’amalgame scabreux.

        Je vous rappelle que les membres du conseil d’administration et du bureau du CNLAPS, tous représentants d’associations adhérentes, élus démocratiquement par leurs pairs et parlant en leurs noms, dont j’ai l’honneur de faire partie, ont toujours souhaité rencontrer une délégation de votre mouvement, je réïtère cette proposition.

        Enfin, le cycle de conférence organisé et mis au point par le Groupe Régional des associations adhérentes d’ile de France a comme vocation l’échange de point de vue.
        C’est pourquoi nous avons l’honneur de recevoir pour la 3ème qui se déroule le 10 mars sur notre département, le président d’une haute instance représentative, le CTPS.

        Je vous rappelle que ce sont les associations qui décident d’inscrire ou non tel ou tel membre de leurs équipes éducatives et que c’est donc de leur responsabilité.

        Les animateurs ont pour simple tâche de mener le mieux possible les débats.

        c’est donc de cette manière que vous pouvez vous y inscrire, et dans ce cadre, une joie pour nous de vous voir participer au débat.

        je vous prie d’accepter mes salutations confraternelles