LA PAUVRETE EST-ELLE DEVENUE UN DELIT ?

Juste avant les élections, mobilisons-nous pour rétablir les véritables enjeux sur l’insécurité.

samedi 7 avril 2007

SOUTIEN AUX MANIFESTATIONS :
- MERCREDI 18 AVRIL à 14H30, Place du Ralliement à ANGERS, avec le Collectif Anti-Sécuritaire Etudiants
- SAMEDI 21 AVRIL à 14H30, Place de l’Europe à ANGERS-Montplaisir, avec le Collectif de Soutien aux Sans-Papiers


Depuis plus de 20 ans, les politiques libérales organisent la remise en cause des droits, et de la solidarité, avec une accentuation depuis 2002, et la présence de M. Sarkozy au ministère de l’intérieur. La précarisation du salariat se répand, l’insécurité sociale augmente ainsi que le nombre d’allocataires du RMI, des millions de familles vivent dans des conditions de plus en plus difficiles et l’avenir est barré pour les jeunes en particulier pour ceux issus des quartiers populaires. Et pourtant les questions de fond sont loin d’être abordées, par tous les candidats, dans l’actuelle campagne électorale.

Dans cette situation, il est tentant pour les différents gouvernements qui se refusent à traiter réellement la question sociale, de privilégier les réponses sécuritaires. En montrant du doigt les classes populaires, désignées comme potentiellement délinquantes, ce sont aussi les thèses haineuses de l’extrême droite qui sont reprises.

Multiplication des lois sécuritaires, depuis 2002 :

* loi d’orientation et de programmation pour la justice, dite « Perben I » (septembre 2002),

* loi sur la Sécurité Intérieure, dite « Sarkozy I » (mars 2003),

* loi sournoisement appelée « d’adaptation de la justice aux évolutions de la criminalité » dite « Perben II » (mars 2004), * loi Ceseda instaurant l’inacceptable notion d’ « immigration choisie » et mettant en cause le droit d’asile (2006),

* loi dite de Prévention de la Délinquance (mars 2007), etc.

A travers la multiplication de ces dispositions pénales, les populations les plus fragiles sont stigmatisées : gens du voyage, prostituées, jeunes, sans domicile et précaires, étranger/e/s et demandeur/e/s d’asile, toute personne en difficulté sociale, éducative et économique.

Désormais ces personnes sont coupables de leur état, alors que tous les dispositifs d’accompagnement social ne sont plus en capacité de répondre aux besoins.

Mineurs en danger : mineurs dangereux ? L’ordonnance de 1945 sur les mineur/e/s délinquant/e/s privilégiait l’éducatif sur le répressif, considérant les jeunes comme des êtres en devenir. Aujourd’hui, être mineur devient une circonstance aggravante. Tous les budgets sont engloutis par la création de structures répressives, alors que l’enfermement a toujours échoué.

Fichage, contrôle social total : tous concernés et tous suspects ? Une multitude de fichiers a été créée (biométrie, génétique, santé, Système de Traitement des Infractions Constatées, ELOI pour les étrangers et demandeurs d’asile, nouvelles infractions dans les transports en commun, familles d’élèves absentéistes, Base-élèves, etc). Tous ces fichiers sont croisés. Le fichier génétique (prise d’ADN) justifié hypocritement à sa mise en place par « ne vous inquiétez pas, on va vous protéger des criminels sexuels ! » a été élargi à presque toutes les infractions. De surcroît ces différentes données, d’ordre privé, sont mise à disposition des maires, ce qui renforce encore plus un contrôle social total. A cela s’ajoute la loi dite de « prévention de la délinquance ». Elle transforme les travailleurs sociaux en délateurs chargés de repérer, de ficher, de dénoncer toute personne en difficulté qui pourrait se rebeller et donc représenter un danger pour ce système libéral destructeur du vivre ensemble.

Le Collectif 49 d’Informations et d’Action contre le Tout-Sécuritaire (CVACTS49) s’est créé en mars 2004. Il informe et sensibilise sur les lois liberticides, dont celle dite de « prévention de la délinquance » en exigeant son abrogation. Il veut susciter une réaction contre la logique sécuritaire amenée par les gouvernements successifs. Il prévoit d’organiser la désobéissance civile face à cette logique de délation qui menace la démocratie et les fondements de la République.

Le CVACTS49 est soutenu par : AC ! Angers, ATTAC 49, Syndicat CGT-ASEA, Syndicat CGT-Cesame, Syndicat CGT-Conseil-Général, FCPE49, CLAM, Jeunes Communistes, LCR, Mouvement de la paix, Ras l’Front 49, SNPES-Protection Judiciaire de la Jeunesse-FSU ; SNUAS-FP FSU, Syndicat de la Médecine Générale, SUD-Education, SUD-Santé-Sociaux, SUD-Territoriaux, USD Santé et Action Sociale CGT, Union Syndicale des Psychiatres, Union départementale CGT, CETSA (collectif des étudiants du travail social angevin), Espace-Marx-Anjou, Collectif de soutien aux Sans-Papiers, des individuels...

Contacts : cvacts49 free.fr Forum49 de discussion et d’info : http://arts.online.free.fr/phpBB2/i... Site National : www.abri.org/antidelation