Hypervisor ou la délation totale par la machine

lundi 11 janvier 2010, par Etienne

On livre ici une publication de PMO sur le projet « hypervisor » de notre chère entreprise nationale Thalès. PMO (Pièces et main d’oeuvre) est un collectif grenoblois qui se bat depuis des années contre les nanotechnologies et (entre autres) leurs applications sécuritaires. Leurs publications sont riches d’infos et d’analyses.


Voir en ligne : Le site de Pièce et Main d’Oeuvre

Le principal problème que rencontrent les tenants du contrôle total est l’utilisation effective de la masse énorme de données que leurs machines sont capables de recueillir. A quoi bon tout filmer, tout écouter, tout lire, si on ne sait pas exploiter tout ça ? Notons que ce problème est en même temps un de leurs atouts majeurs puisqu’il leur permet d’avancer toujours plus loin dans leur projet sans trop inquiéter les masses, trop souvent persuadées que les limites de la technologie ou de l’humain les sauvera de l’avènement d’un Big Brother plus puissant que l’original.

Mais voilà qu’enfin Thalès, forte d’une expérience déjà riche en armement et autre outils sécuritaires se penche sur la question et nous promet de régler tout ça avec Hypervisor.

Comme son nom l’indique, hypervisor c’est la vision totale. Regroupement, recoupement, analyse, exploitation ... de toutes les données recueillies par tous les systèmes. Des milliards d’informations regroupées de façon quasi « intelligente » pour mieux servir l’Etat totalitaire ou toute autre entité dans ce besoin.

Hypervisor peut recevoir et envoyer. Capter, analyser, décider, agir. Le contrôle total est à nos portes.

A lire absolument ce document de Pièces et Main d’Oeuvre (et à faire circuler) :

PDF - 155.2 ko
Hypervisor vu par PMO