Greve de la Justice

mercredi 19 janvier 2005, par Emmanuel

Le syndicat de la Magistrature en Grève


PARIS (AP) - Le Syndicat de la magistrature (SM, minoritaire) a maintenu son appel à la grève pour ce mercredi, et cela malgré de possibles sanctions, pour alerter les citoyens sur « les dérives sécuritaires et les surenchères démagogiques du gouvernement ».

Le directeur de cabinet du ministre de la Justice a, dans un courrier adressé lundi au SM, rappelé qu’était interdite « toute action concertée de nature à arrêter ou entraver le fonctionnement des juridictions ».

Par cette journée d’action, le SM entend demander l’abandon de la proposition de loi sur la récidive, texte ne pouvant, s’il est adopté, qu’« accentuer le recours à l’emprisonnement », selon Côme Jacquemin, le secrétaire général.

« Nous souhaitons rappeler que la prison n’est pas un outil de prévention de la récidive. C’est un choix voué à l’échec et contre-productif », a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse organisée mercredi matin au tribunal de grande instance de Paris.

Le SM, ainsi que le Syndicat des avocats de France, s’opposent à l’une des mesures de ce texte qui prévoit de limiter à deux les sursis avec mise à l’épreuve pour certains délits et instaure le port du bracelet électronique aux personnes ayant purgé une peine pour infraction sexuelle.

Le SM doit devait manifester à la mi-journée derrière l’Assemblée nationale et ses représentants seront reçus dans l’après-midi par les parlementaires André Vallini (PS) et Hervé Morin (UDF). AP