Flicage généralisé : test grandeur nature dans la Marne

Vous le cauchemardez, ils le font !

dimanche 18 avril 2004, par Nath


Alors que plusieurs dizaines de collectifs se sont créés un peu partout pour s’opposer à un projet de loi dont seuls quelques bribes ont (habilement) filtré, l’application de ce qui est encore illégal est non seulement prévue dans 23 sites pilotes mais en cours d’exécution dans l’un d’eux : il s’agit de Vitry-le-François.

Ville marnaise de 17 000 habitants, c’est sur tout son territoire que s’opère le « test » et non pas sur l’un de ses quartiers.

Nul doute que sa paupérisation galopante depuis 25 ans, son taux de chômage record, ses logements sociaux vieux de 40 ans (et qui représentent 70% du parc locatif) se sont glissés à l’oreille de l’ex-ministre, lui soufflant qu’une telle dévastation socio-économique représentait un terrain d’essai idéal pour tenter la mise au pas du social sauce répression.

Le Conseil Général étant lui-même friand de contrôle social, la « Direction de la Solidarité Départementale » s’est précipitée sur l’aubaine et a mis au point en deux temps trois mouvements une « fiche ».

Morceau d’anthologie, tout ce qui foule aux pieds la liberté individuelle, le droit à la vie privée, le secret professionnel, le devoir de confidentialité et le respect de l’individu est contenu dans cette fiche. Nominative, avec état civil et adresse, composition du foyer et budget familial, elle précise également les problématiques rencontrées, à cocher par le travailleur social : § Logement § Education des enfants § Alcoolisme § Toxicomanie § Couple § Santé mentale § Marginalité des enfants § Marginalité des adultes § Emploi § Autres problèmes de santé § ... ainsi que les actions engagées par celui-ci.

Ces fiches ont été transmises au personnel de la Circonscription de la Solidarité Départementale de Vitry-le-François qui a été sommé de les remplir pour toute personne rencontrée depuis le début de l’année 2003, avec dans un premier temps l’interdiction orale d’en informer les usagers.

Mais la gourmandise ne s’arrête pas là.

Les fiches ont été envoyées également à la Caisse d’Allocations Familiales (qui les a déjà renvoyées), à la Mission Locale pour la Jeunesse, aux organismes logeurs, au Centre Communal d’Action Sociale, à l’Education Nationale, à L’UDAF, à la Sauvegarde de l’enfance, à l‘EPSDM (service de santé mentale) ... et peut-être nous en manque-t-il !

Si dans un premier temps le personnel de circonscription a refusé d’obtempérer, les pressions diverses (dont convocations des récalcitrant(e)s par la hiérarchie) sont venues à bout de la désobéissance, beaucoup n’étant pas encore titularisé(e)s.

C’est ainsi qu’en toute illégalité s’opère un fichage généralisé des personnes plus ou moins en difficultés sur une ville entière par le regroupement des informations issues des différents services ou associations auxquelles ces personnes ont ou ont eu affaire.

Le maire de Vitry-le-François, Michel Biard, UMP, s’en réjouit dans une interview accordée à l ‘Union (journal local) le 27 janvier dernier : il espère ainsi palier un dispositif policier qu’il estime déficitaire, les 52 policiers dont sa ville bénéficiait ayant été remplacés par une trentaine de gendarmes.

Un Collectif marnais de Veille contre les Dérives Sécuritaires et les Atteintes aux Libertés des Personnes s’est créé le 5 avril dernier pour réagir à ces atteintes graves et s’opposer à leur généralisation.

Nous appelons toute personne à venir manifester le mercredi 21 avril à 14 heures devant la Préfecture à Châlons-en-Champagne où nous prévoyons de diffuser la Charte du Collectif National Unitaire et de distribuer des tracts informant la population de ce qui se passe à Vitry-le-François et plus globalement du projet de loi liberticide en cours d’élaboration.

Mais surtout nous appelons les autres collectifs à réagir auprès de la Préfecture 1 rue de Jessaint 51000 Châlons-en-Champagne, du Conseil Général de la Marne 40 rue Carnot, 51000 Châlons-en-Champagne et de la Mairie de Vitry-le-François Place de L’Hôtel de ville, 51300, en manifestant votre opposition à ces pratiques totalitaires.

De plus, nous sommes évidemment preneurs de vos idées ou conseils nous permettant de réagir à cette situation.

Pour le collectif marnais de Veille contre les Dérives Sécuritaires et les Atteintes aux Libertés des Personnes


4 Messages de forum