Fin d’année de luttes revendicatives

UFAS-CGT - communiqué 3/12/04

dimanche 5 décembre 2004

UNE FIN D’ANNEE DE LUTTES REVENDICATIVES DANS L’ACTION SOCIALE ET MEDICO-SOCIALE


Trois axes de luttes revendicatives mobilisent les salariés de l’action sociale et médico-sociale en cette fin d’année 2004.

1) Le mercredi 8 décembre 2004, l’Union Fédérale de l’Action Sociale C.G.T. appelle les salariés des secteurs social et médico-social, à se mobiliser pour réclamer des hausses de salaires et de pouvoir d’achat au cours de la journée nationale d’actions, de grèves et de manifestations sur les salaires, dans la fonction publique mais aussi dans le privé. L’U.F.A.S-C.G.T. dénonce la perte du pouvoir d’achat chiffrée à 10 % en 6 ans, elle demande la restitution des 2,58% liés au blocage des salaires pour la R.T.T. et un rattrapage de 8,50 %.

2) Le mardi 14 décembre 2004, à l’appel du Collectif National Unitaire et dans le prolongement des actions du 17 mars 04 et du 21 avril 04 contre le projet de loi sur la Prévention de la Délinquance, dont fait partie la C.G.T. (la Confédération, son Union Générale des Ingénieurs, Cadres et Techniciens UGICT et plusieurs de ses fédérations : services publics, organismes sociaux, FERC et santé-action sociale), une journée nationale d’actions et de grève est organisée dans les départements et les régions.

3) Enfin tout au long de ce mois de décembre, l’U.F.A.S. en lien avec le secteur confédéral « travail-handicap » et la Fédération Santé et Action Sociale :
- Informent et mobilisent les salariés (par le biais de pétitions diffusées sur leur lieu de travail) sur la dangerosité de l’article 20 bis contenu dans le projet de loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées qui porte l’amplitude quotidienne de travail à 15 heures pour les personnels encadrant les personnes handicapées ;
- Interpellent les parlementaires : députés et sénateurs dans chaque département
- Adressent une lettre motion aux différents groupes parlementaires et demandent une d’audience afin d’être consultés et entendus avant l’examen du projet de loi à l’Assemblée Nationale, pour que cet article inclus dans le Code de l’Action Sociale et des Familles soit retiré.

Montreuil, le 3 décembre 2004