Fédération CGT Santé-Action Sociale Union Régionale des Syndicat CGT-AGOP

jeudi 29 avril 2004, par Emmanuel

LETTRE OUVERTE DU SYNDICAT CGT AUX MEMBRES DU CONSEIL D’ADMINISTRATION et des DIRECTEURS DE L’AGOP


Parce que nous ne voulons pas être complices d’un gouvernement qui n’a de cesse de stigmatiser la jeunesse, de préférence pauvre, basanée, localisée dans les banlieues, mettant soit disant en danger, la cohésion sociale et l’ordre public......

Parce que nous considérons que cette jeunesse abîmée l’est avant tout par effet de miroir face à une société capitaliste au fonctionnement social défaillant n’ayant comme unique solution que de proposer l’enfermement massif sur le modèle américain.

Parce que nous pensons qu’il est irréaliste de vouloir fabriquer une société artificiellement consensuelle en gommant les antagonismes qui la traversent.

Nous travailleurs sociaux de l’AGOP syndiqués CGT affirmons que la Loi Perben en créant les Centres Educatifs Fermés ( CEF ) poursuit cette logique, dans le seul but, de contenir les débordements d’un jeune, de protéger la société le temps de l’enfermement sans se soucier de ce qu’il adviendra demain.

Nous pensons qu’une telle parenthèse dans la vie du jeune, associée à une mise à l’écart peu propice à travailler éducativement les enjeux de socialisation pouvant préparer effectivement son retour à une vie de jeune citoyen responsable est une grossière erreur.

Accepter cela c’est faire le choix de ne plus protéger le jeune de lui même de ce qui le traverse et de sa souffrance.

Parce que nous considérons qu’être travailleur social, c’est faire le choix d’accompagner un jeune dans la gestion de ce qui le déborde et dans la construction d’un projet de vie individualisé en fonction de ses compétences, de ses intérêts, de sa capacité de choix et de responsabilisation : construire un authentique citoyen.

Cela ne peut se faire, en aucun cas, par l’enfermement dont la finalité est la soumission du sujet à la contrainte.

Comme l’a écrit le Président du Tribunal pour enfant de Bobigny Jean Pierre ROSENCZVEIG : Les hauts murs sont le signe de l’échec d’une approche éducative......

Plus que jamais il faut préférer les hommes aux murs. Nous refusons d’accepter l’enfermement d’adolescents comme une réponse éducative.

Nous considérons toujours que des « adolescents difficiles » sont avant tout des adolescents « en difficultés » qui ne sont pas entendus. Nous affirmons que c’est la prévention qu’il faut réhabiliter

B CAVAT Directeur Général de la sauvegarde de l’Orne et Vice-Président de Education et Société a écrit : « Avec la loi de programmation et d’orientation sur la justice réformant la justice des mineurs..... Nous assistons, à une démarche législative « à chaud », sans aucun recul pédagogique, sans concertation ni éclairage technique des acteurs professionnels concernés mais, par contre avec le concours actif et un soutien engagé de certaines fédérations employeurs liés politiquement au nouveau gouvernement sans véritables débats contradictoires au sein même de ces organisations. Il est de la responsabilité des organisations professionnelles et des représentants employeurs, au premier rang desquels les associations, de refuser de cautionner les solutions simplistes actuellement mise en place. Comment justifier le prix de journée exorbitant dévolu aux centres éducatifs fermés alors que les moyens manquent cruellement pour consolider les réponses et les structures éducatives progressivement développées dans un souci d’adaptation de prise en charge aux phénomènes de délinquance ? Ces fédérations portent une lourde responsabilité, à la fois, éthique, déontologique et technique. »

L’AGOP en choisissant d’ouvrir un Centre Educatif Fermé en région Languedoc-Roussillon s’inscrit dans cette logique.

L’Union Régionale des syndicats CGT-AGOP demande à ce que l’association s’oriente vers une véritable politique de prévention, d’aide et d’accompagnement dans ses structures déjà existantes tel que le CER Parenthèse de Saint Gaudens, les services d’AEMO, le nouveau service de tutelles, l’APF, les MECS etc....) plutôt que de se faire complice d’une politique gouvernementale sécuritaire et anti-sociale.

L’UNION REGIONALE des syndicats CGT des établissements de l’AGOP demande à l’association de suspendre sa décision de création d’un Centre Educatif Fermé.

Elle appelle l’ensemble des travailleurs sociaux de la région Languedoc Roussillon à se mobiliser pour refuser l’implantation d’un CEF dans leur région.


2 Messages de forum