FICHAGE, DELATION, çà y est ! SARKOZY, BENISTI, DE VILLEPIN Persistent...

OUI, EN FRANCE, LA POPULATION EST FICHEE ET CE, DEPUIS LE PLUS JEUNE AGE !

dimanche 26 février 2006

Déclaration de grossesse transmise à la CAF et à la Sécu ...déclaration de naissance au service de PMI, puis vient l’école et actuellement çà s’aggrave...


En Savoie, à l’Education Nationale : Le logiciel « Base Elève » : Le logiciel Base Elève, présenté comme un outil gestionnaire pratique par l’Inspection académique, permet de saisir les renseignements habituels mais aussi la nationalité, la date d’arrivée en France, la situation familiale des parents...Il rend compte aussi de la scolarité des enfants (redoublement, passage en classe spécialisé...) Ce qui pose problème, ce n’est pas tant le logiciel en lui-même mais le fait qu’il permet de mettre en réseau toutes ces informations entre Ecoles-Mairies-Inspection Académique... Ce logiciel a reçu l’accord de la CNIL (Commission Nationale Informatique et Libertés). Or, rien ne le met à l’abri de piratage et de détournement de fichiers. La Savoie est également pilote pour recenser les ENAF(Enfants Nouvellement Arrivés en France), à cet effet depuis déjà un an des fiches d’accueil ont été réalisées par l’Inspection Académique pour la Préfecture ... Or, dans l’Oise : Les autorités académiques ont exigé des proviseurs du département le recensement des « élèves de nationalité étrangère sous menace de reconduite à la frontière ». En outre, ils ont demandé de mentionner les résultats scolaires pour ces mêmes majeurs. Chercherait-on à constituer des fichiers pour simplifier les rafles de la police ?...Cà ne vous rappelle rien ?... Proviseur, professeur, mais pas délateur. La désobéissance civile ne doit-elle pas commencer tout de suite ? A L’hôpital : au CHS de la Savoie :

Pour chaque personne hospitalisée ou simplement reçue en consultation, des données administratives et médicales sont enregistrées sur informatique, précisant même le temps de l’intervention du soignant !... Une généralisation du recueil des données de ces informations nominatives et sensibles (types de revenus, diagnostic psychiatrique...) est prévue au 1er juillet 2006 pour l’ensemble de la France : TOUS LES SERVICES DEVRONT FICHER LEURS PATIENTS . Le projet de loi prévoit un fichier national permettant de conserver des données individuelles sur les patients soignés en psychiatrie !....

A la Sécu :

Après la carte vitale qui contient déjà de multiples données administratives, le législateur a prévu d’intégrer les données médicales.

LE FICHAGE FACILITE PAR LA LEGISLATION

La nouvelle loi n°2004-801 du 6 août 2004 « Informatique et libertés » modifie celle du 6 janvier 1978, créée initialement pour protéger les citoyens face à la toute puissance des fichiers d’Etat, elle opère un profond changement en libéralisant le fichage administratif, en instaurant de multiples dérogations sous couvert de l’intérêt supposé de la personne ou de l’Etat...

PHILOSOPHIE DE LOGIQUE SECURITAIRE

Loi de lutte contre le terrorisme : conséquences...

Vidéosurveillance

Cette loi, en cours de discussion à l’Assemblée Nationale, autorisera les pouvoirs publics et notamment les mairies de recourir aux caméras et de filmer les abords de leurs bâtiments. Le préfet pourrait décider d’installer des caméras dans les transports...déjà effectif dans certains. De plus, le texte autoriserait des « personnes morales » à installer ces mêmes équipements aux abords de leurs locaux. Tout cela aux fins de prévention d’acte terroriste. (Extraits la gazette 31 10 2005)

Ces mêmes mesures se trouvent dans le projet de loi de prévention de la délinquance de Monsieur SARKOZY pour les particuliers. Il est même prévu un crédit d’impôt pour les propriétaires qui mettent en place vidéo ou gardiennage et une répercussion sur les charges locatives !.... !!

Pouvoirs de police renforcés

Ceux-ci pourraient exercer un contrôle sur les données relatives aux connexions téléphoniques et internet, procéder à des contrôles dans les trains transnationaux, sur les routes et accéder à différents fichiers.

La CNIL a émis plusieurs réserves sur ces renforcements des pouvoirs de police, mais elles n’ont pas été retenues par le conseil d’Etat...

Les dérives sécuritaires dans le secteur de l’Action Sociale Extrait d’une annonce ASH n°2280 : «  la ville recrute par voie statutaire 4 assistants socio-éducatifs éducateurs de rue pour (c’est en caractère gras dans le texte)sa mission générale sécurité et tranquillité publique. »

Le service social d’aide aux émigrants intègre l’Office des Migrations Internationales et perd toute possibilité de continuer les missions de service public et d’assistance et de protection de la population la plus fragile : celle des étrangers en situation irrégulière.

Les travailleurs sociaux, mais aussi les bénévoles des associations caritatives en aidant les étrangers à se loger sont désormais susceptibles d’être poursuivis.

Les dérives du tout sécuritaire dans l’Education Nationale

Le trombinoscope des élèves d’un collège dans un commissariat !... Extrait du journal L’Humanité du 8.10.2005 : L’an dernier, à Annonay, en Ardèche, le principal d’un collège situé en réseau d’Education prioritaire dans un quartier populaire de la ville, aurait transmis le trombinoscope des élèves au commissariat. Environ 600 noms et photos transmis sans que les intéressés (élèves ou parents) n’en aient été informés. Cette démarche aurait pu se reproduire cette année si les enseignants ne s’en étaient aperçus.

La vie ne s’apprend pas en prison

Jusqu’en 1945, les mineurs délinquants étaient enfermés (bagnes pour enfants, colonies pénitentiaires, maisons de corrections...) ceci sans succès. Dans les années 70, les derniers centres fermés furent supprimés en raison de leur inefficacité (violence, échec de l’insertion des jeunes à leur sortie, etc...) Depuis quelques années le retour en arrière dans le traitement de la délinquance est bien réel : création de Centres d’Education Renforcée, Centres Educatifs Fermés, pour aboutir à la création des Etablissements Pénitentiaires pour Mineurs. Le projet de loi prévoit même d’abaisser la majorité pénale à 10 ans. L’objectif est d’obtenir une paix sociale sans se soucier de l’avenir de ces enfants ! 70% des jeunes qui passent en prison récidivent alors que les centres éducatifs ouverts ont un taux de réussite de plus de 60% ! Enfermer des enfants est l’aveu d’impuissance de notre société à envisager de façon démocratique les questions de l’éducation. Les dérives du tout sécuritaire en matière d’immigration

M SARKOZY VEUT ATTEINDRE LE RESULTAT SPECTACULAIRE DE 23000 EXPULSIONS EN 2005 !!! Un fonctionnaire de la police de l’air et des frontières s’exprime dans les colonnes du journal Libération : « on expulse à tours de bras, on fait les fonds de tiroir. On va chercher tout ce qui peut traîner comme étranger en situation irrégulière...Jouer avec les familles pour faire du chiffre, c’est inadmissible ».

A Perpignan, un adolescent poursuit sa scolarité en formation professionnelle, CAP. Il vit en France depuis 2001. Il se présente fin septembre à la préfecture, il veut régulariser sa situation. On le fait patienter...La police de l’air et des frontières vient le « cueillir ». Il est emmené au centre de rétention de Rivesaltes.

Un couple avec deux enfants de deux et quatre ans, arrivés en France en 2001, ont été retenus au centre de rétention de Satolas pendant 32 jours avant l’expulsion dans leur pays au mois de septembre 2005. Famille bien intégrée dans son quartier et qui vivait paisiblement en Haute Savoie. (Ligue des Droits de l’Homme)

Délire scientiste, délire sécuritaire, police de la pensée

L’Institut National de la Santé et de la Recherche Scientifique a rendu public, le 22 septembre 2005, un rapport « bilan des connaissances actuelles sur la notion de trouble de conduites chez l’enfant et chez l’adolescent ». L’INSERM s’engage ainsi dans un domaine qui concerne, outre le champ médical et psychiatrique, la justice, la police et le social. L’INSERM recommande le dépistage systématique dès l’âge de 36 mois et la prise en charge précoce de ce trouble. Un des buts avoués est de mieux prévenir la délinquance. C’est un concept fourre-tout, qui inclut des « crises de colère, des désobéissances répétées, des vols... ». En fait, ce sont des idées moralistes, qui feraient sourire dans un autre contexte. Car celui-ci ne donne pas du tout envie de sourire ! Nous avons, là, la convergence dangereuse pour les libertés, d’intérêts politiques et d’intérêts économiques, utilisant le scientisme, c’est-à-dire un habillage pseudo scientifique de positions idéologiques baptisées Vérité. L’intérêt politique est celui des surfeurs sur la misère du monde. Le texte de l’INSERM se situe dans la droite ligne du projet de loi de prévention de la délinquance, des rapports Bénisti et Hermange. On retrouve l’idée qu’il serait possible de prédire la survenue de la délinquance à l’âge adulte, à partir de constatations médicales chez l’enfant jeune. Il convient de justifier les politiques les plus répressives, la disparition des secrets professionnels, et la mise à disposition de la justice des intervenants auprès des enfants. Au même moment, on sur médiatise le manque de sécurité dans les hôpitaux publics : faire disparaître les symptômes, enfermer les « fous dangereux », cela va de pair avec cette psychiatrisation du lien social et de ses vicissitudes que réalise le « trouble des conduites ». Rappelons-nous l’utilisation de la psychiatrie dans les régimes totalitaires ! Mais l’intérêt économique n’est pas à négliger, non plus. C’est celui des laboratoires pharmaceutiques, qui sont derrière toutes ces recherches. Le but est de pousser à la prescription de nouvelles molécules par les médecins, particulièrement lucratives pour les labos. Cette mode des « inventeurs de maladie » nous vient des U.S.A.

POUR LA PSYCHIATRIE, le projet de loi prévoit la possibilité d’une hospitalisation de 72H « ...permettant au maire d’agir à l’égard des personnes dont les troubles mentaux portent atteinte à l’ordre public ou aux personnes... » De plus, le rapport prévoit, dans le cadre des hospitalisations psychiatriques sans consentement, une modification des sorties de l’hôpital qui seront à signaler au maire en précisant « ... les conditions de déroulement : dates de la période d’autorisation, identité du malade, adresse principale et adresse pendant la sortie, identification du médecin de secteur chargé de son suivi médical, personne référente...

Où en est le projet de loi de prévention de la délinquance ?

« Sarkozy persiste et signe » avec l’appui du rapport BENISTI 2 toujours aussi inquiétant. Extrait interview du 2 novembre 2005 : « Je propose que les maires aient le statut de coordonnateur et d’animateur de la politique de prévention . Il faut agir plus tôt, détecter chez les plus jeun es les problèmes de violence. Dès la maternelle, dès le primaire, il faut mettre des équipes pour prendre en charge ces problèmes. »

A l’Assemblée Nationale le 20 octobre 2005, il insiste : « dans le domaine de la prévention de la délinquance, le patron ne peut être que le maire », « il faut un patron, un chef d’équipe, un coordonnateur, ce ne peut être que le maire. »

Déjà les maires au centre de dispositifs : Extrait des ASH n°2418 : Un décret autorise à signaler les personnes en situation de précarité aux services sociaux, mais aussi à alerter le président du Conseil Général et le maire de son lieu de résidence de sa situation d’impayé. Lorsqu’il est saisi d’une demande d’aide, le fond de solidarité pour le logement en avisera le maire de la commune de résidence du consommateur afin que le cas échéant, une étude complémentaire de sa situation soit effectuée » Le maire est un élu mandaté pour administrer sa commune, mais le maire n’est pas un professionnel de l’action sociale ou de la santé, ni un juge. Il n’en a ni la formation, ni la fonction. Et pourtant...Le projet de SARKOZY prévoit de le mettre au centre du dispositif comme professionnel du social, de lui donner la possibilité de la mise sous tutelle des prestations familiales, d’en contrôler l’attribution, de lui donner plus de pouvoir en ce qui concerne les hospitalisations.... Les professionnels de la Santé et de l’action sociale sont conscients des inquiétudes des maires et des élus. Ceux-ci peuvent les solliciter mais en respectant leur secret professionnel et leur déontologie.

<<<<<<<<<<<< Casse du droit au travail, Attaque de l’ordonnance de 1945 Remise en cause du secret professionnel Contrôle et fichage de populations en difficultés

Notre collectif Savoie Haute Savoie « refusons la délation » vous invite à participer à une soirée débat avec la projection du film : « La raison du plus fort » de Patrick JEAN

Vendredi 10 mars 2006 à 19h30 salle Pierre COT Quai des allobroges à Chambéry (entrée libre) Thème du film : Au lieu de combattre la pauvreté, on combat les pauvres

<<<<<<<<<<<<

Notre collectif Savoie Haute Savoie « refusons la délation » vous invite : A manifester votre rejet de ce projet de loi en participant à la manifestation à PARIS qui se déroulera Mercredi 22 mars 2006 Un départ en car de Chambéry sera organisé. ESPRIT DE RESISTANCE DEVOIR DE DESOBEISSANCE

Documents joints


1 Message