Delation organisée (Tarbes)

jeudi 23 septembre 2004


Dans le cadre du Conseil Intercommunal de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CISPD) présidé par le Maire de Tarbes, des groupes territoriaux vont être mis en place sur 3 secteurs de Tarbes. Ces groupes seraient composés « d’interlocuteurs de terrain » : Police, Education Nationale, Justice, DSD, Bailleurs, Transports urbains, etc... Le Procureur étant garant des travaux de ces groupes. Les participants y seront affectés nominativement, sans possibilité de se faire remplacer, et se réuniront mensuellement.

L’objectif de ces groupes territoriaux est d’effectuer « un suivi personnalisé des familles et des mineurs repérés, autrement dit le suivi nominatif des dossiers » pour « mettre en place les actions d’accompagnement des victimes mais aussi des auteurs et des familles signalées car en rupture avec une « normalité sociale » et donc potentiellement à même de basculer peu ou prou dans la délinquance ». Les participants seront signataires d’une « charte de déontologie qui intègre la notion de « secret partagé », (et) permet dès lors de lever le devoir de réserve ou l’exigence du secret professionnel maintes fois mis en avant par certains partenaires ». A l’occasion des premières réunions des groupes (prévues les 27 et 28 septembre 2004), « chacun prépare l’état des familles ou des mineurs présents sur ce secteur et qui posent problème ».

Les élements d’informations recueillis concernant ces groupes territoriaux nous inquiètent car ils s’inscrivent pleinement dans l’avant-projet de loi dit « Sarkozy », contre lequel nous sommes mobilisés depuis plusieurs mois.

Il paraît utile et urgent d’en débattre et d’envisager les actions à venir.

Pour le COLLECTIF 65 : NON à la Délation OUI à la Prévention


9 Messages de forum

  • > Delation organisée (Tarbes)

    5 novembre 2004 19:34, par « un interlocuteur de terrain »

    La description du CISDP de Tarbes est tout à fait fidèle à la réalité, c’est déjà ça car ce n’est pas le cas dans tous les tracts diffusés. Ensuite pour ce qui est de la finalité d’un CISDP, n’oublions pas que c’est la prévention et non la délation. Des CISDP ou CLSPD existent déjà depuis plusieurs années dans d’autres villes de France dont certaines ont une municipalité de gauche et fonctionnent selon les mêmes modalités que celui de Tarbes. Peut-être ces maires ont-ils tiré certaines leçons de la gamelle électorale mémorable des présidentielles ? Ce ne semble pas être le cas de tout le monde. Je crois que beaucoup de travailleurs sociaux devraient se poser quelques questions sur leur travail et se remettre en question. A ce propos, il est trés révélateur que la locution « interlocuteurs de terrain » soit placée ainsi entre guillemets dans le texte ; quelle est cette espèce bizarre ? ...Egalement le mot délation employé à dessein renvoi à une période noire de notre histoire. Ces « interlocuteurs de terrain » ne sont-ils pas alors désignés comme des gestapistes potentiels susceptibles de parquer les familles en question dans un quelconque vélodrome ou stade ?
    L’image est forte, mais correspond-elle à la réalité ? réalité, ce mot peut faire peur, mais c’est aussi celui auquel sont confrontées les victimes de quelques espiègles mineurs ? A quel suivi social ont-elles droit ? A quelle réparation ?
    Le CISPD ne peut-il alors être un lieu où ces mineurs déjà remarqués mais pas encore délinquants peuvent être repérés avant qu’ils ne le deviennent, ce qui permettait donc de mettre en place des actions de préventionpersonnalisées tant auprés de ces mineurs que des familles susceptibles d’enrayer une escalade délinquante ?
    Le fait que le Procureur soit le garant, non pas des travaux, mais du respect de la loi ne suffit-il pas dans une démocratie ? Sommes nous donc dans un pays totalitaire ? Je rappelle que les participants à ces groupes ont tous signé une charte de déontologie dans laquelle ils s’engagent à respecter la règle « du secret partagé » c’est à dire à ne pas parler à l’extérieur des données auxquelles ils peuvent avoir accés sous peine de se voir exlus.
    Pourquoi les travailleurs sociaux s’exclueraient eux-mêmes de ces groupes où ils ont toute leur place ? Ou alors, ont-il peur que leur travail soit quelque part mis en cause ? Se demandent-ils pourquoi pendant des années notamment sous des gouvernements de gauche, alors qu’une politique de prévention était mise en place en direction des mineurs, les mineurs délinquants étaient de plus en plus nombreux et de plus en plus jeunes ? Les moyens considérables notamment en terme financiers et de personnel étaient-ils pertinents pour un tel résultat ? Ou alors peut-être faut-il revoir la politique de prévention pour obtenir enfin des résultats, c’est à dire moins de mineurs trés jeunes délinquants ? Ce sont des questions trés pragmatiques, qui je sais vont choquer certains. Mais c’est celà « le terrain » et donc la politique dans le noble sens du terme. Les idées dans le domaine de la prévention sont-elles mauvaises si elles viennent de droite et bonnes si elles viennent de gauche ? Ceux qui ont cette vision manichéenne de la prévention ne sont certainement pas des interlocuteurs « de terrain » ou alors sont-ils intrumentés politiquement...

    • > Delation organisée (Tarbes) 16 novembre 2004 00:25

      1. « interlocuteurs de terrain » est entre «  » parce qu’il s’agit d’une citation de Claude-Jean Calvet, pdg de ERM, rapportée dans le compte rendu du conseil restreint du CISPD du 4-06-04.

      2. que la municipalité soit de droite ou de gauche, elle est surtout de travers quand elle emploie des méthodes haïssables.

      3. à ce jour , la charte de déontologie en référence au « secret partagé » n’a été signée par personne à Tarbes

      4. en terme d’instrumentation politique : on vous a bien compris !

      • > Delation organisée (Tarbes) 19 novembre 2004 22:20, par « un interlocuteur de terrain »

        Faux sur pas mal de points.
        1. « interlocuteurs de terrain » n’est pas un terme propre à Jean-Claude CALVET pour la raison que ce terme était déjà inscrit dans le CLS.
        2. Je ne vois pas ce que les méthodes ont de haïssables. Elles le seraient si elles ciblaient une population en fonction de son origine ethnique ou religieuse ce qui était le cas du nazisme. Je vois que la confusion entre délit de droit commun et délit d’opinion a la vie dure ! Je rappelle tout de même que le code pénal est voté par le parlement et n’est pas du tout comparable à mein kampf.
        Ensuite, en matière de prévention de la délinquance particulièrement des mineurs, le constat est un constat d’échec cuisant. Ces méthodes (qui sont d’ailleurs employées dans d’autres communes de droite ou de gauche) ont le mérite d’être inovatrices. Que proposez vous, sinon de continuer comme avant en injectant des moyens à fonds perdus sans évaluation des résultats ?
        3. La charte de déontologie a été signé par certains à Tarbes. D’autres ont des réticences mais laissons faire le temps... Dire qu’elle n’a été signée par personne s’apparente donc à de la désinformation.
        4. Là, je n’ai pas bien compris. Je suis de gauche, eh oui, ça peut surprendre. Comme pas mal de monde à gauche aprés la gamelle des présidentielles et confronté à la violence et la hausse notamment de la délinquance des mineurs, je me suis dit que si on continuait comme ça on allait dans le mur. Je vois que d’autres n’ont rien compris et surtout rien appris. Ce que demande la majorité de nos concitoyens c’est vivre tranquilles. Ils considèrent, mais peut-être s’agit-il de vieux réacs, que l’état, la région, le département et la commune et donc tous ceux qui en dépendent doivent assurer leur tranquillité et ils font eux aussi le même constat d’échec. Alors ou bien on continue comme avant et on aura bientôt des milices d’autodéfense et une société qui aura peur de ses jeunes (c’est déjà le cas), ou bien on essaie autre chose et on se remet en cause.

        • > Delation organisée (Tarbes) 16 décembre 2004 22:47, par AC ! Pays Basque

          Puisque vous vous declarez de gauche permettez moi de vous répondre ,avant que tel léon blum qui lacha les républicains et favorisa un ordre policier que nous connaissons aujourd’hui comme les gardes mobliles vous ne finissiez vous aussi en camps. Les systemes communement appellés faschistes (excuser les fautes, elles n’empechent pas la pertinence)ont experimenté le découpage des taches, leurs repartition sectorielle, ainsi que pour certaines d’entres elles une appellation« ludique » voire « sociale », la france penseur puis eleve zele du national socialisme su l’adapter de vichy à la grève des foyers sonacotra.En effet certains camps ont servi chez nous a emprisonner tours à tours des républicains espagnols, des juifs, des gitans, puis car rien ne se perd des harkis, des boat poeples etc. Alors oui il s’agit bien d’établir un controle social visant les plus précaires,ceux qui n’ont accés à aucune boite à bac, ceux qui n’ont jamais les moyens d’assurer leur défense. Il ne s’agit pas de faire de l’angélisme en disant que la misére rend sympas...Il s’agit de denoncer le fichage, la criminalisation de quelques 12 millions de personnes soit plus de 10 pour cent de la population chiffre officielement reconnu ce qui n’exclue pas les autres précaires (smicards, clandestins, artisans et petits patrons surendéttés, agriculteurs en dessous du seuil de pauvreté etc) Par ailleurs qui definira le profil des familles à suivre, le fonctionnaire zélée qui pense déjà qu’une coiffeuse ne s’est pas lire ?qu’un illétré n’est pas intelligent ? qu’un immigré clandestin n’a pas fait d’études ? qu’une mére au foyer comme moi n’est pas intellectuelle comme ce fut dit en cours à une de me filles ?oui il s’agit de refuser le renforcement d’un systéme qui quelque soit son nom et bien apparenté à de vieux remugles de l’histoire contemporaine de la france, de l’europe, du monde.Par les memes qui regardent passé les trains, les avions , les « bavures »etc Finalement de la tranquilité de qui parlez vous quand 70 pour 100 du monde a faim y compris à coté de chez vous.

          • > Delation organisée (Tarbes) 4 avril 2005 11:04

            Vous ne faites que confirmer ce que j’ai déjà avancé : C’est la confusion la plus totale entre délit d’opinion et délit de droit commun ! Je me répète : le code pénal n’est pas assimilable à mein kampf. Ou alors si vous les confondez c’est que vous êtes réfractaire à tout concept d’autorité venant de l’état. Nous vivons en société et, l’homme étant un animal grégaire est fait pour vivre en société. Nulle société n’est parfaite, mais la notre n’est pas la plus imparfaite, ou alors pourquoi tant d’immigrés de pays autrement plus déshérités frappent-ils à notre porte ? Si je vous comprends bien, nous devons tous les accueillir. Avons nous les capacités de tous les accueillir et de tous les assimiler ? Toujours si je vous comprends bien vous pensez que oui. J’aimerais que vous m’expliquiez comment, dans quelles structures avec quel travail à leur donner, à moins que vous ne soyez prêt vu votre générosité à en accueillir chez vous puisque vous indiquez qu’ils sont à coté ? Vous parlez également de criminalisation des plus défavorisés. Il ne s’agit pas du tout de ça et pour en revenir au CISPD, les mesures qui peuvent être mises en oeuvre à ce niveau sont plus faites pour aider des familles en difficulté par rapport à l’éducation de leurs enfants que pour les « stigmatiser ». Vous voyez des dérives autoritaires voire fascistes partout, peut-être devriez vous vous poser quelques questions sur votre rapport à l’autorité. Pour conclure prévention et répression sont pour moi indisociables de la même manière que je pense que pour certains mineurs il est temps de remettre plus de contrainte dans l’éducation et, pour ne pas revenir aux maisons de correction, plus d’éducation dans la contrainte.

            • > Delation organisée (Tarbes) 6 juillet 2005 17:08, par génération smic jeune ! bac +2 (1993 : 10% de chomeurs, 25% chez les jeunes, (...)

              Laissez-moi deviner, vous êtes né dans l’après guerre, vous avez une situation confortable et un emploi stable ; La misère ne vous touche pas et de toute façon, vous ne voulez pas la voir ; pour vous, la notion d’insécurité se résume à celle de l’ordre publique et la tranquillité n’ait du qu’à ceux qui l’ont déjà... Si je cible juste, on n’est pas sorti de l’auberge ! Parce que vous êtes nombreux.

              • > Delation organisée (Tarbes) 27 juillet 2005 13:57, par Sandy SV

                Pas seulement à Tarbes

                Je souhaite témoigner de mon vécu récent, et dans le soucis de ne pas accuser, je ne donnerai pas de précisions sur les noms des personnes ou de villes,... Ceci ne doit pas faire oublier l’immense travail accompli par les travailleurs sociaux et la protection de l’enfance en général, en qui je continue d’avoir confiance, malgré tout.
                Voici mon récit de plus de 2 ans de cauchemard :
                Je précise, que je suis une personne foncièrement optimiste, et que quoi qu’il arrive, j’arrive toujours à rebondir, à garder foi en l’avenir et en l’humanité : c’est certainement cela qui m’a sauvé, et empêchée de sombrer dans la dépression profonde voire pire...
                Je précise aussi, que je n’ai pas pour habitude de me faire des idées préconçues sur les gens ou les choses : j’ai soif d’apprendre et de découvrir ; par ailleurs, j’ai eu la chance de faire une analyse (analyse transactionnelle) avec un psychiatre professionnel, dans le but de « créer mon entreprise dans le domaine de l’aide aux autres » ; cela m’a permis de faire le point sur moi-même, mais aussi de ne plus reporter (malgré moi, et bien que je m’en défendais avant) mes « frustrations et/ou problèmes, blocages » sur les autres...
                Le fait que tout ceci se soit passé dans une petite commune de moins de 3000 habitants, a son importance, je pense : en effet, AVANT de venir vivre à la campagne, je m’en faisait une image de calme, tranquilité, et simplicité de vie... Lorsque je suis venue vivre dans ce petit village, je ne me doutais pas qu’il rêgnait une ambiance de « racisme rural » : le nouveau venu est regardé de travers, on ne lui parles pas, on ne cherche même pas, car si vous n’avez pas l’honneur d’être un enfant du pays, vous êtes déjà considéré comme suspect, bizarre.
                Il se trouve que je suis atteinte d’une maladie neurologique (biologie du cerveau qui ne fonctione pas de la même manière que les gens « ordinaires)que celle ci est hautement héréditaire, et très très très peu connue des médecins. Mon fils de 6 ans en est atteint aussi, et lui aussi, à un niveau élevé : notre comportement en est fortement »marqué« ,... cela me rappelle beaucoup »Tourette,et l’autisme asperger« ... Ceci ne se »voit" pas du tout, et ne m’empêche pas d’avoir un QI entre 117 et 125. Mais je n’ai jamais méprisé qui que ce soit.
                J’ai eu le malheur de tomber amoureuse d’un homme victime lui-même de parents très intransigeants, voire psycho-rigides, qui IMPOSENT ou cherchent constamment leur point de vue, mettent les autres devant le fait accompli, pour être plus sûrs d’obtenir leur adhésion. Ils sont très orgueuilleux aussi, très proches du « pervers narcissique ».
                Je vous passe les détails sinistres de ce qu’ils ont fait de notre vie de couple, de notre vie personnelle en général, et de leur harcèlement permanent, considérant chacune de mes initiatives, comme une marque de provocation leur étant adressée. Nous n’étions pas d’accord sur l’édication à donner à mon fils : ils sont pour la méthode FORTE et punitive, moi, je suis pour l’écoute,l’explication,la punition, oui, mais pas pour n’importe quoi, et n’importe comment ET SURTOUT PAS LA VIOLENCE que je ne peux supporter, surtout envers les enfants. Je me suis donc OPPOSEE légitimement à leur méthodes...Alors, ayant essayé beaucoup de choses pour me faire « plier », sans succès, un jour, ils sont allés faire un signalement aux services sociaux, je l’ai lu : aucune phrase n’était vraie, des propos orduriers,en fait, l’énoncé de tout ce qui peut faire que l’on « retire » un enfant à ses parents... Et aussi des choses du genre « elle fait de la magie noire, des incantations,tournant autour de la maison en hurlant des incantations sataniques...Je ne reviens encore pas que des AS aient pu noter cela sérieusement dans un dossier. S’en ai suivi un cauchemar de rdv à domicile auxquels nous ne pouvions nous soustraire. Puis rdv avec une psy au cmp : pesuadés que j’étais une mauvaise mère, toxique pour mon enfant, qu’on devait le retirer de sa famille de toute urgence : en fait, il s’agissait simplement des manifestations de notre trouble INCONNU d’eux, et SURTOUT PAS ADMIS : aucune écoute ne nous fut accordée et les éléments qui nous auraient disculpés ne furent pas notés. L’école fut mise au courant, et nous traita comme des parias...obligation d’en changer... 2ème école se comportant de même...j’abandonne le cmp consciente que la psy ne s’occupe pas de mon fils (elle voulait le faire entrer dans un établissement psychiatrique... et le déscolariser)la réaction ne fut pas longue : convocation devant le Juge des enfants avec au dossier : un témoignage ACCABLANT des AS des Ecoles demandant le retrait de l’enfant de sa famille...Heureusement ma défense fut assurée par une avocate très percutante, je précise que au vu de la gravité de la demande, les services sociaux ne prirent même pas la peine d’assister à l’audience. plus de deux ans après,après enquête de la protection infantile, j’obtiens enfin gain de cause, NON-LIEU PRONONce en ma faveur et précisant que »l’attitude de mon enfant est due à sa maladie, inconnue de tous, (comparée à l’affaire des parents accusés de mauvais traitements alors que l’enfant souffrait de la maladie des os de verre)et que c’est grace à lon acharnement personnel que j’ai réussi à faire poser le diagnostique auprès d’un des rares spécialistes de la région...ceci dit, depuis, personne ne fut inquiété, et je reste perplexe quant au comportement de rejet général, l’isolement subi, la perte de notre intégrité... Je suis aujourd’hui dans l’obligation de déménager d’urgence/la proprio de mon logement étant à l’origine du signalement/elle effectue des travaux important alors que nous occupons encore le logement/ceci afin de s’assurer de notre départ sous les plus brefs délais.
                JE VOUDRAIS VOTRE AVIS, VOS CONSEILS sur cette situation vraie vécue par une maman aujourd’hui, en France.
                Sandy merci de m’avoir lue

                • > Delation organisée (Tarbes) 8 avril 2006 15:01, par MAY.B

                  Je viens de découvrir ton témoignage ! Sandy SV : profond respect !Pour avoir moi-même vécu un rejet total (famille, amis,travail) tout simplement parce que j’ose penser autrement la Vie, je suis devenue une paria de la pensée établie !j’ai constaté que le fait d’être libre dans sa tête faisait peur aux Bien-pensants :j’ai été traitée de schizophrène, reniée, bafouée...parque que je peux simplement voir de la beauté là où plusieurs ne perçoivent que peur de vivre et étriquement de leur personnalité. je ne me considère pas comme une victime et je continue à nourir et respecter mon soleil intérieur qui me permet de survivre dans ce monde un peu trop fou à mon goût. je revendique le droit d’exister , oui, dans notre bon pays de France, berceau de liberté et de fraternité (à condition d’être de la pensée unique !).Mon propos n’est pas un jugement amer mais juste le constat de vie d’une simple humaine. Je dis « Haut les Coeurs » à tous ceux qui osent écrire leur propre histoire ! MAY.B

                  • > Delation organisée (Tarbes) 5 septembre 2006 19:21, par Tanka

                    Beaux témoignage et belle réaction à sa suite... qui contrastent de façon sidérante avec l’avis d’une personne qui se prétend de gauche mais dont chaque phrase, alors qu’elle invite les autres à mieux réfléchir !!! transpire sue et suinte, dégouline de tout ce qui constitue l’extrême-opposée politique !
                    Il existe comme ça des gens qui, tel M. Jourdain avec la prose.... Inutile de poursuivre, n’est-ce pas ?