Déconventionnement à Orléans (Loiret)

lundi 22 décembre 2003

A Orléans, la Prévention Spécialisée n’a plus droit de « cité » !... au profit de la « prévention de la délinquance »


Au coeur même des grands quartiers d’habitat social orléanais depuis presque vingt années, la Prévention Spécialisée proposait et mettait en ouvre une action éducative et sociale de proximité. Les difficultés éprouvées par les adolescents, jeunes majeurs et leur famille se traduisent pour nombreux par des comportements et relations difficiles au sein même de la cellule familiale. Tensions, voire violences intra-familiales qui peuvent glisser et se porter sur l’entourage immédiat, sur le voisinage et altérer sensiblement la qualité de vie collective à laquelle aspire chacun.

Mais à Orléans, l’intérêt particulier de quelques-uns prime sur l’intérêt public, l’intérêt de rendre un service public aux plus exposés, aux plus fragiles.

Au-delà de la situation qui est faite à nos emplois, c’est la situation qui sera faite aux adolescents et à leur famille qui nous interpelle. Demain il n’y aura plus d’actions de Prévention Spécialisée, mais des interventions de prévention de la délinquance, puis de répression et d’exclusion.

Non, les adolescents qui manifestent des conduites délictueuses n’ont pas de gène délinquant... La lettre D de l’A.D.N. n’est pas le symbole chimique de la délinquance.

Non, les éducateurs de Prévention Spécialisée ne manquent pas d’E.L.A.N.* et font montre de nombreuses initiatives et prises de position mais toujours liées à l’intérêt premier des adolescents celui de recouvrer une dignité.

E.L.A.N.*, le nouvel opérateur, malgré un développement exponentiel depuis 1985 de structures d’animation, de services ou d’établissements sociaux, médico-sociaux... ne dispose d’aucune expérience ni de compétence en matière de Prévention Spécialisée. Les problématiques relevant de la protection de l’enfance ou de parents d’adolescents en difficulté ne sauraient être confiées à un opérateur dont les statuts effrénés ne cachent pas leurs intentions moralisatrices envers la jeunesse. Il est invraisemblable de déléguer la responsabilité de l’éducation spécialisée à cet organisme, sorte de « coucou » du social, qui se vante d’avoir pris son rythme de croisière avec la création d’au moins un établissement ou un service par an. L’industrialisation et la sécurisation du social est en marche à Orléans au détriment de valeurs éducatives-considérant la personne ( enfant, adolescent, jeune adulte ) comme singulière et authentique dans ce qu’elle est.

Les Éducatrices et Éducateurs de rue

*E.L.A.N. : Enfance Loisirs Animation Nature, association d’éducation populaire retenue par la ville d’Orléans a son siège à Crégy les Meaux (Seine et Marne)

source : http://www.associations45.ras.eu.org/article.php3?id_article=123


3 Messages de forum

  • Déconventionnement à Orléans (Loiret)

    29 mars 2006 18:04, par hysteria

    sans parler des methodes de ces mêmes éducateurs (de l’association ELAN) qui pénètrent dans le domicile des gens, ces derniers ne connaissent pas leur statut et n’osent pas plus les mettre à la porte qu’ils le feraient avec la police.
    Il faudrait enquêter sur les remontées à la mairie de cette même association.
    A Orléans nous n’acceptons pas cela.
    Amitiés sociales

    • Déconventionnement à Orléans (Loiret) 5 septembre 2006 22:55, par michel

      Et si à Orléans, il y avait, à la mairie d’Orléans, des fichiers alimentés par les blousons rouges. Est-ce que c’est possible ???

      • Déconventionnement à Orléans (Loiret) 10 janvier 2007 13:54, par hysteria

        plus que possible michel c’est probable car ils doivent rendre des comptes ...
        Et montillot teste pour sarkozy les dispositifs ultra securitaires de toute part...