Débat : Prévention de la délinquance ou construction d’une politique locale de prévention ?

Organisé par André CASTELLI, Vice Président du Conseil Général de Vaucluse

vendredi 3 novembre 2006

- le MERCREDI 8 NOVEMBRE 2006 à 18H -
- Salle du REX - 84 MONFAVET -


Devrait être présent à la tridune lors de ce débat :

M. Pierre GOUZENNE (Président du TGI d’Avignon)

M. PIDDOUX (Vice Président du Tribunal pour enfants d’Avignon)

M. Gilles GARNIER (Vice Président du C.G de Seine Saint Denis)

et deux représentants du Collectif 84

Au coeur de ce débat, deux projets de lois actuellement en débat au Parlement.

A l’initiative de Nicolas Sarkozy, le projet de loi « prévention de la délinquance » fait un amalgame entre protection de l’enfance et politique sécuritaire.

Au nom de la prévention de la délinquance, ce texte vise à faire des maires , des professionnels de l’action sociale les nouvelles « balances sociales », chargés de dénoncer les familles pouvant devenir délinquantes parceque pauvre. En outre, il cultive l’execrable populisme qui consiste à utiliser les conséquences des politiques libérales pour culpabiliser et montrer du doigt les victimes du chômage, les précaires et les « sans riens »

Si le besoin légitime de tranquilité et de sécurité publique doit être couvert par une politique de lutte contre les délinquants (sous la responsabilité de l’Etat et avec des sanctions appropriées), il ne peut y avoir de solutions sans une politique de prévention fondée sur une approche juste de cohérence sociale et éducative, de soutien et d’accompagnement des familles.

Le second projet de loi « protection de l’enfance » pourrait apporter des éléments de réponse.

Hélas, si personne ne conteste la nécessité de réformer la politique de protection de l’enfance, ce projet est loin de répondre aux attentes des professionnels, des élus et des familles.

En effet, il s’inscrit dans la même logique sécuritaire qui prend la place des actions sociales et de soutien auprés des familles.

La protection de l’enfance come le droit à la sécurité sont des sujets qui méritent une autre réfléxion et surtout d’autres solutions que celles envisagées par tous ceux qui instrumentalisent ces questions à des fins électorales.

C’est la raison pour laquelle je souhaite qu’à travers ces échanges nous puissons ensemble combatrre ces projets et ouvrir la voie à d’autres solutions alternatives

André CASTELLI