Courrier destiné au président du conseil général de la Marne, au maire de Vitry le François et au préfet de la Marne

mardi 1er juin 2004, par Emmanuel


Nous, professionnels et associations d’action sociale du Pays de Fougères, sommes mobilisés depuis Février 2004 pour agir et interpeller tous les citoyens quant aux orientations des politiques sociales que prépare le gouvernement.

Nos vives inquiétudes concernent plus particulièrement le projet de loi sur la prévention de la délinquance. Dans ce projet, l’obligation de signaler toute personne en difficultés sociales, éducatives ou matérielles, présume que ces personnes sont délinquantes.

Les professionnels deviennent des agents de renseignements.

Depuis toujours, la discrétion et le secret professionnel sont les fondements et guide l’action du travail social. Le sens et l’exercice de nos missions sont en danger.

Notre stupeur est grande d’apprendre que les instances politiques du département de la Marne, de la commune de Vitry le François, ainsi que le préfet de la Marne imposent aux professionnels de l’action sociale de remplir une fiche nominative de renseignements sur chaque usager rencontré depuis le début de l’année 2003 aux fins de signaler les difficultés précises de ces personnes et dans le but de ficher une population dont il faudrait prévenir l’éventuelle délinquance, tout ceci au nom de la sécurité des habitants de Vitry le François.

C’est une grave atteinte aux libertés des citoyens !

Un tel mépris pour les droits et libertés individuelles des personnes nous inquiète fortement. Par ailleurs, nous craignons les plus grandes dérives à cette stigmatisation.

Avec le collectif national unitaire et le collectif de l’Aube entre autre, nous exprimons notre entière solidarité avec les collègues de l’action sociale de la commune de Vitry dans leur résistance à ce mode opératoire antisocial, illégitime et liberticide, et soutenons les initiatives locales et nationales pour l’arrêt immédiat de telles pratiques qui aggravent, à notre avis, l’insécurité sociale des personnes en difficultés et n’influe en rien sur la sécurité « globale de la ville »

A titre d’information, le 3 Juin, nous manifestons à 18h00 à Fougères pour soutenir les professionnels de l’action sociale de la Marne et pour demander le retrait du projet de loi sur la prévention de la délinquance.

Suite à la manifestation, nous déposons à la sous préfecture de Fougères, une pétition avec plus de 2000 signatures demandant le retrait pur et simple de ce projet de loi.

Veuillez agréer, Monsieur , nos respectueuses salutations.

Documents joints