Contre le projet de loi de prévention de la délinquance Et contre la délation.

mardi 14 février 2006, par Collectif CYVIC


Ces dernières années ont été marquées par l’avancée massive des politiques liberticides dans des domaines multiples (transport, éducation nationale, social, immigration, pénal, judiciaire...), et sous des prétextes divers (lutte contre le terrorisme, prévention de la délinquance, sécurité des citoyens, recherche des fraudeurs, lutte contre le chômage...).

Les effets ont été de développer un état « orwellien » (multiplication de la vidéosurveillance, de la biométrie, des croisements de fichiers...), où plutôt que de lutter contre la pauvreté, il s’agirait de lutter contre les pauvres...plutôt que de garantir une éducation et une protection des enfants, il s’agirait de s’en protéger...

Aujourd’hui, le rouleau compresseur sécuritaire semble passer un nouveau coup d’accélérateur.

Ainsi, lors de la séance de questions au gouvernement du 26 janvier 06, le ministre de l’Education nationale, Gilles de Robien, s’est déclaré favorable à l’instauration d’une présence policière à l’école. Il l’a redit avec force le lendemain, alors qu’il visitait une école londonienne dotée d’un policier. « Nous sommes venus chercher des idées et valider cer­taines que nous avons eues », a-t-il expliqué à son arrivée sur le sol britannique. La mesure devrait figurer dans le plan contre la violence à l’école que le ministre présentera « dans quelques semaines ».

Le fameux projet de loi de prévention de la délinquance, sans cesse annoncé, va voir le jour très prochainement.

De Villepin a installé vendredi 20 janvier 06, le Comité interministériel de prévention de la délinquance. Un vaste dispositif est annoncé qui concerne l’éducation, la police, la justice, les affaires sociales, les transports et la ville (131 articles). Certaines de ces mesures nécessiteront un projet de loi qui est annoncé pour fin février/ mars 06. Le plan prévoit aussi une « réforme profonde » de l’ordonnance de 1945 sur la responsabilité pénale des mineurs pour pouvoir infliger des sanctions pénales dès 10 ans. Le nouveau rapport de Bénisti présenté en octobre 2005, inspire de nombreuses propositions défendues par Sarkozy. On y retrouve notamment le rôle central du maire, le principe de délation organisée autour du maire et plus particulièrement à partir de l’école, la levée du secret professionnel y est également préconisée, et toutes les structures socio-éducatives travaillant à l’insertion, sport etc., seraient sommées d’atteindre des objectifs définis et évalués par les CLSPD (Comité Locaux de Sécurité et Prévention de la délinquance) puis par des instances départementales et nationales.

Ce contexte global est extrêmement inquiétant. Il appelle une réaction, une action, la plus large et la plus unitaire possible.

Pour marquer leur refus de ces projets et demander leur abandon, les organisations rassemblées dans le Collectif National Unitaire appellent la population et l’ensemble des professionnels concernés à :

une journée de grève et de manifestation nationale pour le 22 mars 2006 à PARIS

Les organisations syndicales suivantes membres du Collectif National Unitaire s’engagent à faire un appel et à déposer un préavis de grève pour cette journée (CGT, CNTsanté-social, FSU, SNMPMI, SUD-SOLIDAIRES). L’ensemble des informations relatives à ces projets est mis en ligne sur le site du CNU (www.abri.org/antidelation ). Les différents collectifs départementaux y diffusent également leurs informations, dont le CYVIC pour le 78.

Dans les Yvelines, il est important de pouvoir échanger autour de ce contexte national, et de nos réalités locales. Il est urgent de définir ensemble nos modalités d’actions. Quels moyens nous donnerons-nous pour construire une large mobilisation le 22.03.06, et faire front face à ces projets de loi ?

Nous appelons chacun, dans la mesure des ses moyens, de ses réseaux, à diffuser très largement les écrits, et l’information, et à nous rejoindre à la prochaine réunion du CYVIC :

le mercredi 22 février 2006 à partir de 18 H 30 salle Biraud au 68, rue Bourgoin à ACHERES