Compte rendu de la réunion du collectif 75, du 30/11/06

samedi 2 décembre 2006, par Collectif CYVIC

Voici un compte-rendu de notre réunion du 30 novembre 2006.

Comme convenu lors de notre dernière réunion avant la manifestation du 18, voici l’ordre du jour :

* Bilan de la manifestation du 18

* comment informer les citoyens sur ce projet de loi et les travailleurs sociaux qui joueront une place particulière dans la mise en place.


Tout d’abord nous étions beaucoup moins qu’espéré à cette réunion ce soir, soit 13 personnes.

Sur le bilan de la manifestation :

la mobilisation a été très décevante. Alors comme d’habitude on peut chercher des explications :

- le samedi n’est pas le meilleur jour ;
- un manque d’informations ;
- les gens ne croient pas que l’on peut changer les choses en manifestant
- manque de réelle mobilisation des syndicats
- peut-être les travailleurs sociaux ne sont-ils pas aussi hostiles qu’on le souhaiterait à ce projet politique ?
- peut-être les travailleurs sociaux ne perçoivent-ils pas de danger immédiat ? etc. Le constat reste le même, la mobilisation est très décevante.

Pour informer les citoyens et les travailleurs sociaux qui sont également des citoyens :

Nous allons adresser une lettre aux maires des arrondissements d’organiser un débat public sur ce projet de loi. Les Maires auront pour mission la communication aux parisiens pour les inviter à assister à cette conférence. De notre côté (le collectif) nous allons essayer de trouver les intervenants, car il faut que cette rencontre permette à chacun de comprendre le contenu de ce projet et sa philosophie afin que l’on puisse se positionner de façon réfléchi, après avoir dépasser les caricatures.

Ce type de débat ne va pas toucher tous les publics, donc afin de se donner les moyens de toucher le plus de monde possible, nous allons également demander aux structures de proximité (centres sociaux, maisons des associations, associations citoyennes) d’organiser des débats toujours dans le but d’informer le mieux possible les parisiens.

Nous devons également essayer de mobiliser les facs, les lycées professionnels...

Pour ce qui est de ses structures, pour leur permettre de mobiliser leurs adhérents, leurs sympathisants... il faut qu’elles-mêmes soient sensibilisées sur ce projet. Nous allons donc les inviter à une démarche d’information interne (auprès des salariés, des bénévoles, des stagiaires).

Bien entendu, pour toutes informations nous essaierons de faire intervenir des personnes maitrisant totalement le sujet en tenant compte du statut de la structure. Nous savons que la situation des associations peut-être quelquefois difficile si l’on s’oppose à une mairie ou un département, très souvent financeur. Toutes ces données sont à prendre en compte dans la compréhension du texte et dans les choix que nous ferons pour nous opposer à son vote et à son application.

La question s’est posée d’inviter des Elus lors des conférences pour donner la position des différents partis politiques. Après discussion, nous avons décidé que ce n’était pas la priorité. Notre priorité est que le plus grand soit informé de ce projet, comprenne ses incidences sur la vie de chacun de nous et sur notre projet de société global.

Inviter des hommes politiques, en cette période électorale, amènerait un débat de chapelle plus qu’un débat sur le fond. Ce texte de loi est compliqué et ses implications sont très grandes et il vient s’ajouter à des lois déjà votées. Il nous semble nécessaire de permettre à chacun de se l’approprier pour se faire une opinion.

Pour préparer ces conférences, voici ce qui a été décidé :

* Fadila et Cyril vont faire un brouillon de lettre que nous adresserons ensuite à tous les maires d’arrondissement.

* Fadila va prendre contact avec la Fédération des Centres Sociaux Paris pour inciter les centres sociaux à faire une information sur ce projet de loi à leurs équipes et ensuite organiser des temps d’information de leur public.

* Véronique doit contacter l’association Attac et la Maison des Associations du 18e pour organiser une conférence en direction du public

* Véronique et Clémence vont contacter un intervenant très pédagogique pour intervenir dans les différentes conférences

* Fadila va contacter des personnes du Collectif National pour des interventions

* Ensuite chacun d’entre nous doit informer le plus de monde possible, sensibiliser nos partenaires à ce problème, mobiliser les structures de quartier pour organiser une information du public, etc.

Les informations diverses :

* Le 5 décembre doit être voté ce projet de loi à l’Assemblée Nationale (il repassera après au Sénat). Il a été décidé au niveau régional de faire une action particulière ce jour-là.

* Nous n’avons pas envisage de manifestation car le peu de mobilisation devient contre-productif. Par contre, on peut profiter de cette journée pour organiser une information et un débat sur son lieu de travail, envisager la suite, notre position....

* Rien n’a été décidé collectivement pour Paris, nous n’étions pas assez nombreux, mais dans certaines structures, c’est un temps de réflexion sur le projet qui est décidé.

* N’hésitez pas à nous faire part de vos projets ou actions...

Sur un plan plus général, L’association des Maires de France (regroupant les maires des plus grandes villes) qui était plutôt favorable à ce projet, vient officiellement de dire qu’elle était contre. Le Parti socialiste qui avait du mal à donner sa position, après la signature de la pétition par Dominique Strauss-Khan, Laurent Fabius, Jack Lang, vient de voir se rallier François Hollande au nom du Parti socialiste. Cela ne règle pas le problème, mais c’est tout de même un petit pas...

Voilà je crois que je vous ai transmis l’essentiel de notre réunion de ce soir. Il a été décidé de faire une réunion en décembre, nous ferons le point sur les conférences à venir et leur organisation. Cela ne nous empêche pas de converser par mail. Si vous souhaitez transmettre des informations, des questions aux personnes du collectif, le plus simple est de me les faire parvenir, car j’ai le fichier de tout les membres mais je suis obligée d’envoyer les mails en deux fois, car il y a trop de destinataires. Nous sommes plus de 70 personnes inscrites au collectif.

Pour les personnes présentes à la réunion de ce soir, n’hésitez pas à compléter ou rectifier ce compte-rendu. Personne n’est infaillible, même moi ! Je vous donnerai des nouvelles du brouillon de la lettre aux Maires et de mes contacts avec la Fédération des Centres Sociaux en début de semaine prochaine.

Pour le collectif 75, Fadila Derraz