Compte rendu de la réunion de coordination IdF du 31 mai

vendredi 1er juin 2007, par Collectif CYVIC

Etaient présents à cette réunion : des représentants du 94, 93, 92,78 et 75.

L’ordre du jour de la réunion du 31 mai 2007 était le suivant :

> Echanges sur les propositions suite à la réunion nationale du 12 mai sur :
- Petite synthèse de la réunion du 12 mai
- du texte en direction des professionnels du médico-social ;
- du texte en direction du public
- la création d’une adresse mail pour coordonner les informations au niveau régional, départemental ;
- transmettre 2 numéros de téléphones, deux adresses mail, 1 adresse postale pour chaque collectif...


Etaient présents à cette réunion : des représentants du 94, 93, 92,78 et 75. Etaient également présentes des Educatrices de Jeunes enfants du 94. Elles ont pu se mettre en contact avec le collectif du département + un étudiant mais qui est parti en cours de route, sans demander son reste !.

En ce qui concerne le premier point :

« Engagement »

le texte en direction des professionnel « engagement » a été validé par tous les représentants des collectifs et du CNU le 12 mai.

Si nous sommes d’accord sur le contenu du texte, cela pose quelques questions :

1re proposition : Est-ce que nous diffusons ce texte auprès des professionnels (enseignants, travailleurs sociaux, professionnels de la petite enfance, etc.) sous forme d’une pétition ? Si oui, nous proposons de transmettre ces pétitions qu’à partir d’un nombre non négligeable de signataires. Il faudra définir le nombre minimum, mais nous devons savoir si c’est une pétition locale, départementale, régionale, nationale. Chaque département se positionnera et nous ferons le point en fonction des réponses. Nous déciderons également à qui doit être adressée cette pétition.

2e proposition : Est-ce un engagement individuel ? Chaque professionnel recevra ce document et il décidera en son « âme et conscience » de le signer ou pas. C’est un engagement qu’il prendra avec lui-même. Il pourra également informer le public qu’il accueille de son choix. La remise de ce document peut également être l’occasion d’échanges entre professionnels.

Certaines personnes pensent que le fait de signer une pétition et/ou s’engager de façon nominative peuvent en effrayer certains. C’est une question qu’il faudra trancher dans le choix de nos actions. Il me semble néanmoins impossible d’envisager entrer en résistance sans s’engager. On peut je pense être présent, continuer à s’informer et même transmettre l’information à ces collègues, ses amis... si l’on ne se sent pas prêt à agir. Mais s’informer et informer les autres c’est déjà un engagement. Mais cela ne sera pas suffisant. Si nous devons entrer en résistance il faudra prendre des « risques » qui restent tout de même limités (du moins pour le moment !)

3e proposition : Pour certaines personnes, il paraissait très important d’informer le public. Afin d’éviter les difficultés hiérarchique, les problèmes de légalité, nous avons proposé d’afficher dans un maximum de services institutionnels ou associatifs l’article 8, sans aucune remarque. Cette démarche a pour but d’informer le public d’un changement (exemple de l’affichage dans toutes les structures de l’interdiction de fumer). Cela permettra aux personnes de nous poser des questions sur ce texte, à nous de rester soit totalement neutre, soit de prendre position et d’expliquer notre position dans un sens ou dans un autre. Cela peut également entrainer des temps d’échanges entre collègues, avec les responsables des structures, etc. Bien entendu, nous savons que pour certain, cette démarche sera difficile. Dans ces cas là, nous proposons que les collectifs interpellent les responsables de ses structures pour leur demander l’affichage de ce texte et peut-être en profiter pour organiser des réunions d’information pour aider à la prise de décision. Cette action pourrait être très large (les crêches, les écoles, les services sociaux, les cmp, les centres sociaux, etc.) pour mobiliser tous ses professionnels, nous pouvons nous appuyer sur les différents réseaux (RESF, les collectifs contre la base-élèves, les fédérations de parents d’élèves,...). Si nous validons cette démarche, il faudrait une seule mise en page du texte de loi, en caractère assez gros pour permettre une bonne lisibilité et une visibilité de l’affichage.

En ce qui concerne les autres points

Pour le texte en direction du public « manifeste », il y a des propositions d’amendements qui ne sont pas encore tranchée. Le document et les amendements sont transmis à chaque collectif et chacun devra en débattre et prendre une décision. Mais il faudra arrêter une décision...

En ce qui concerne la création d’une adresse mail pour la coordination Ile de France, elle devrait permettre aux personnes des départements qui n’ont pas la chance d’avoir un collectif, de pouvoir s’informer au niveau régional et peut-être d’être mis en contact avec d’autres du même département qui ne se connaissent pas.

En ce qui concerne la transmission de coordonnées de 2 personnes par collectif, le choix des personnes se fera lors des réunions des collectifs. Il est également envisager d’avoir une liste de personnes actives pour chaque département pour la mise en place du Réseau de vigilance. Les modalités seront également arrêtées par collectif. Il est également question la création d’un logo commun à tous (Corbeau ou Mouette !!!) Cela logo sera le signe de reconnaissance de notre « mouvement » et sera mis sur tous les documents « officiels ». Il est également prévu la création d’un autocollant illustrant en mot ou/et en dessins que le porteur ne fera pas de délation. La question du financement de ces autocollants doit être réglés. Merci d’avance aux syndicats (CGT, FSU et SUD) et aux autres associations (je ne les cite pas pour n’oublier personne !)

Les échéances :

Nous devons nous retrouver pour l’Ile de France le 10 juillet à 19h à la bourse du travail (République). Nous avons choisi cette date car la plupart des collectifs auront une réunion et auront donc pu prendre une décision sur ces différents points.

Pour le collectif PARIS la réunion est prévue le 19 juin à 18h30 à la bourse du Travail (maintenant que c’est redevenu une valeur sûre, je lui mets un T majuscule !!!)

C’est plus facile à dire qu’à faire, mais essayons de préparer ces réunions, car il faut ressortir le 10 juillet avec des décisions pour réfléchir ensuite à la mise en place dès la rentrée...

Compte-rendu élaboré par Fadila Derraz pour la Coordination Région Parisienne.