Communiqué CGT du 11 MAI sur le projet de loi de PREVENTION de la DELINQUANCE

Le sécuritaire et le répressif dominent !...

vendredi 26 mai 2006


La CGT exige le retrait de ce projet de loi et demande l’ouverture d’un réel débat avec les organisations syndicales et professionnelles.

Le Gouvernement s’apprête à sortir son projet de loi de prévention de la délinquance qui reprend la totalité du projet de mars 2004 où le sécuritaire et le répressif dominent.

Malgré les avis répétés du Conseil Supérieur du Travail Social depuis 2 ans et nombre d’initiatives sous forme de pétitions, courriers de différentes organisations syndicales, associatives, professionnelles (notamment du secteur de la Protection de l’Enfance), malgré des manifestations, notamment la dernière à Paris le 22 mars 2006, le ministère de l’Intérieur persiste.

Ces modifications législatives ne répondent en rien aux problématiques de souffrance sociale, de dysfonctionnements sociaux et familiaux et de délinquance juvénile, mais bien au contraire viennent perturber la logique de la relation d’aide et d’insertion que mettent en œuvre au mieux et dans le temps les professionnels de l’action sociale, de la justice, du soin et de l’éducation.

On y retrouve un dangereux amalgame entre les missions de sécurité et les missions d’aide sociale qui se traduit par une attaque contre le secret professionnel. De plus, conférer au maire des pouvoirs supplémentaires alors qu’existe déjà un maillage territorial de responsabilités est dangereux pour les libertés individuelles et collectives ainsi que pour la cohérence du travail et de la place de chacun des intervenants. Nous exigeons le retrait de ce projet de loi, demandons l’ouverture d’un réel débat avec les organisations syndicales et professionnelles.

Montreuil, le 11.05.06