Collectif 85 contre la Délation et la Répression Sociale NON A UNE SOCIETE DE CONTROLE !

samedi 8 octobre 2005


Dans une société démocratique, l’Etat doit être transparent et la vie privée secrète. Dans un régime totalitaire, la vie privée est transparente et le pouvoir opaque.

REFUSONS L’ORDRE LIBERAL-SECURITAIRE !

L’offensive néolibérale tous azimuts génère un accroissement des inégalités, de l’insécurité sociale, de la précarité, du chômage, de la pauvreté. Les travailleurs pauvres, les mal-logés, les surendettés, les rmistes, se comptent par millions ! Les services publics sont mis à mal. Pour juguler les résistances à cette politique de destruction de la cohésion sociale, ainsi que les « désordres » qu’elle engendre, l’Etat instaure depuis une décennie, avec une accélération après le 11 septembre 2001 sous couvert de « lutte contre le terrorisme », l’ordre libéral-sécuritaire.

Pour les marchands et les firmes transnationales, toujours plus de liberté (et de profits) !

Pour nous, travailleurs et citoyens, restriction des libertés, généralisation du contrôle social - avec des populations et des quartiers ciblés - « avalanche » de lois sécuritaires - loi Pasqua (1995), Loi sur la Sécurité Quotidienne (2001), lois Perben I et II (2002 et 2004), lois Sarkozy I et II (2003 et 2004),...- et répression du mouvement social : lycéens contre la loi Fillon sur l’école, chômeurs militants pour l’accès à la culture à Paris, postiers syndicalistes en lutte contre des suppressions d’emplois à Bègles, syndicalistes de la Confédération Paysanne à Rodez, militant CGT ayant interpellé Perben sur le CNE aux Sables-d’Olonne,...

LE MAIRE : BIG BROTHER DE LA « PREVENTION DE LA DELINQUANCE »

Dans ce contexte, le haut-parleur médiatique du libéral-populisme, l’ex et actuel ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy a été, en novembre 2003, à l’initiative du projet gouvernemental dit « de prévention de la délinquance ». Ce projet interministériel - Intérieur, Justice, Education Nationale et Cohésion sociale - n’a rien de préventif, au sens que les intervenants sociaux donnent à ce mot. Il ne comporte aucune mesure pour s’attaquer aux causes économiques et sociales de la désespérance sociale et de la délinquance. Il s’agit d’un catalogue de mesures répressives. Une des mesures phare est l’abolition du secret professionnel et de la confidentialité qui régissent actuellement les métiers de l’aide à la personne. Ce projet, s’il est adopté par le Parlement, instaurera un contrôle de proximité, sous l’égide des maires, un fichage de masse des populations victimes de l’insécurité sociale, en détruisant l’éthique des intervenants sociaux, transformés en auxiliaires de police, et la confiance nécessaire que leur accordent les usagers. Il est attentatoire à une liberté fondamentale, constitutive de toute société démocratique : le droit à la vie privée.

EDUCATION, PREVENTION : OUI ! STIGMATISATION, DELATION, FICHAGE : NON !

L’opposition à ce projet totalitaire de collectifs locaux, coordonnée par un Collectif National Unitaire, a mis en échec les tentatives d’expérimentations locales - à Chambéry, Vitry-le-François, Pau,...- et empêché, à ce jour, la présentation du projet de loi devant le Parlement. Ceci étant, de retour place Beauveau, Nicolas Sarkozy a annoncé à nouveau (Le Figaro du 30/06/2005) son « intention de mettre en chantier une grande loi de prévention » de la délinquance qu’il présentera à la fin de l’année (Discours devant les préfets du 9/09/2005). En Vendée, s’est constitué en novembre 2004 le Collectif 85 contre la Délation et la Répression Sociale. Son objectif est le retrait du projet de « prévention de la délinquance ». Le collectif organise des actions d’information et d’alerte de l’opinion -conférences de presse, réunion publique d’information-débat, stands lors de rassemblements, participation aux journées nationales d’action (la manifestation départementale du 14/12/2004 a réuni 200 personnes à la Roche-sur-Yon),...- et des élus ( maires, députés, conseil régional ). La pétition du collectif, qui a recueilli à ce jour plus de 1200 signatures de citoyens de tous horizons sociaux, est toujours soumise à votre signature. Signez la pétition !

JOIGNEZ - VOUS A NOTRE COMBAT !

Le collectif est ouvert à tous les citoyens et citoyennes attachés à la démocratie et déterminés à défendre les libertés. Il se réunit tous les 2èmes lundis du mois à 18H15, à la Bourse du Travail de la Roche-sur-Yon.

POUR UNE REELLE PREVENTION DE LA DELINQUANCE , RETRAIT DU PROJET DE « PREVENTION DE LA DELINQUANCE » !

Collectif 85 contre la Délation et la Répression Sociale ANAS, ATTAC, CGT, Collectif contre la précarité, Collectif de Résistance Sociale de Fontenay-le-Comte, Ecologie sociale, FCPE, FSU, ICEM Pédagogie Freinet, LCR, LDH, PCF, Syndicat de la Médecine Générale, Union syndicale Solidaires, et des citoyens attachés à la démocratie. C/O Union syndicale Solidaires 85 : Bourse du Travail 16 Bd. Louis Blanc 85000 La Roche-sur-Yon.  Informations : site Internet http://www.abri.org/antidelation Octobre 2005