COMPTE RENDU DE LA REUNION DU MARDI 2 JANVIER 2006

lundi 9 janvier 2006


- Claude RICHARD du parti socialiste s’est à nouveau excusé, étant retenu par une réunion de son quartier.
- Myriam COMBET du parti communiste n’a pas reçu le compte rendu et n’a eu connaissance de la réunion que le lendemain. Aussitôt, elle m’a contactée pour connaître la date de la prochaine.
- Philippe DELINE de la LCR est venu à la réunion réitérer le soutien de son organisation politique précisant qu’il est important que le collectif se maintienne dans le contexte actuel. Il est resté pour participer à la suite de l’ordre du jour.

- Comme prévu, Louis BESSON, interpellé par le collectif suite à son intervention au CHS de la Savoie (cf. comptes rendus précédents) a reçu une délégation de notre collectif. Il était préoccupé par les « critiques » du Directeur du CHS de la Savoie à son encontre. Il a tenu à préciser ses souhaits qui ne sont pas le fichage, mais apporter des réponses à ses administrés confrontés à des problèmes engendrés par des personnes présentant des troubles mentaux. Ensuite, notre délégation a restitué nos inquiétudes quant au projet de loi SARKOZY et au rapport BENISTI qui mettent les Maires au centre des dispositifs de prévention et remettent en cause notre secret professionnel. Monsieur BESSON en ignorait l’existence. Il nous a semblé politiquement plus préoccupé des problèmes locaux que nationaux. Une copie du rapport BENISTI lui a été remis afin qu’il puisse l’étudier et en analyser les conséquences. Nous avons précisé que nous demandons à ce que les membres des partis ayant des élus à l’assemblée nationale et au sénat leur face remonter notre détermination à voir rejeter ce projet de loi.
- Le 23 janvier une autre délégation sera reçu par Monsieur VIAL Sénateur et président du conseil général. A la prochaine réunion prévoir une rencontre avec Monsieur REPENTIN.

- Quelle suite, Quelles actions : Les personnes présentent ont décidé d’envoyer aux collectifs national et régional nos propositions d’actions : Journée nationale d’actions avec remise des copies de nos diplômes barrés de la mention « non à la délation » à l’assemblée nationale et/ou aux sièges des députés et sénateurs. Le collectif tient à préciser qu’il faut également préparer l’après si nous n’obtenons pas le rejet de cet loi. Certains d’entre nous envisagent de mettre en place la désobéissance civile, comment ? Quelles conséquences pour les usagers et les professionnels ? Juridiquement étudier la loi et les recours possibles, quels moyens légaux pour ne pas à la mettre en application.
- Pour aider à la concrétisation de ces propositions, nous demandons que chaque organisation du collectif les transmettent à leur instance nationale afin qu’elle apporte leur appui logistique et juridique.

Prochaine réunion :

Mardi 31 janvier 2006 À 18h30 Maison des syndicats Salle du rez de chaussée Rue A.Croizat à Chambéry.