Bilan de la rencontre entre le CORRESO et le CG35

le chaud puis le froid

samedi 4 décembre 2004

Suite à nos courriers, M. TOURENNE président du conseil général nous avait invités à rencontrer son vice-président M. THEAUDIN. Cette invitation s’est concrétisée le 29 novembre dernier. Une impression plutôt positive, mais des questions demeurent, notamment à la lumière du discours de M. THEAUDIN, 2 jours plus tard...


Le 29 Novembre à 15h30, une délégation du CORRESO a été reçue par M. THEAUDIN Vice-président du conseil général d’Ille et Vilaine et M. MORIN Directeur de cabinet du Président TOURENNE.

C’est dans une ambiance cordiale que cette courte entrevue (1/2h) s’est déroulée.

En préambule M. THEAUDIN s’est dit très préoccupé par l’avant projet de loi de prévention de la délinquance. Il nous à signifié que « bien évidemment » la majorité départementale ne pouvait partager les idées qui sont développées dans ce texte de loi. Il pensait que nous avions été destinataires des deux courriers que M. TOURENNE a écrit, l’un au législateur et l’autre au procureur faisant part de cette position. (il semble que ces courriers se soient perdus en route, le CORRESO ne les ayant pas reçus).

Constatant que le message n’était pas assez clair, M. THEAUDIN a accepté l’idée de soumettre une motion à l’assemblée départementale du 16 décembre prochain. M. THEAUDIN nous indique que pour lui, s’il doit y avoir une négociation avec les services de l’état (police, justice) sur le partage de l’information, il ne pouvait être question de dépasser certaines limites. Le « curseur » doit être positionné avec les travailleurs sociaux et il n’est pas question pour lui d’imposer aux salariés du Conseil général des transmissions d’informations en dehors de leur cadre déontologique. C’est en ce sens qu’une charte pourrait etre élaborée en interne avant d’être présentée aux associations financées par le Conseil général. Nous avons encouragé M. THEAUDIN à associer dés le départ les associations à l’élaboration de cette charte (y compris d’ailleurs les associations d’usagers).

Toutefois M. THEAUDIN pense aussi que les travailleurs sociaux ne communiquent pas assez entre eux et avec les partenaires. De son point de vue d’élu local il pense que là des choses doivent bouger dans les pratiques.

M. MORIN s’est peu exprimé durant l’entrevue. Il nous a toutefois rappelé que M. TOURENNE était « naturellement » opposé aux lois sécuritaires et que ça n’était pas en traitant les symptomes que l’on résoudrait le problème de l’exclusion.

M. THEAUDIN a conclu en nous remerciant et en nous indiquant que nous serions certainement appelés à nous revoir.

C’est donc sur une impression globalement positive que nous nous avons quitté le Conseil général

On mesure d’autant plus notre étonnement à l’écoute du discours de cloture prononcé deux jours plus tard par M. THEAUDIN lors de la journée de réflexion interne au Conseil général, journée consacrée au secret professionnel.

En effet M. THEAUDIN dans ce discours indique que le projet de loi est retiré et qu’il n’y a donc plus lieu de s’inquiéter à ce sujet. Ces propos avaient d’ailleurs déjà été tenus par un avocat intervenant le matin même, celui-ci parlant même de paranoia.

Quelles sont les sources de M. THEAUDIN ? Elles doivent être sérieuses pour qu’il soit aussi rassuré sur un sujet qui deux jours plus tôt était une grande préoccupation pour lui.

Le CORRESO pour sa part n’est pas du tout rassuré par ce revirement soudain.


2 Messages de forum

  • Bonjour à tous,

    Je suis étudiant ES et je reviens tous juste de stage. Je n’ai pas eu de nouvelles du CORRESO depuis longtemps et je voulais savoir s’il y aurait une réunion prochainement afin de relayer à l’IRTS et ailleur l’appel à la manifestation nationale du 3 février(comment y aller, et y va t on ?). Le « nouveau » rapport Benisti parrait une bonne base de contestation et il serait peut être intéressant de s’y rattacher.
    J’èspère avoir des nouvelles du CORRESO très prochainement.
    Manu (Etudiant ES2 IRTS de Rennes)

    • Nous n’aurons pas le temps d’organiser une réunion du CORRESO avant la manifestation parisienne du 3 février. Cependant le CORRESO relaie l’appel du CUN et propose un départ en car à partir de Rennes. Les inscriptions sont à faire auprès du syndicat “Sud-départementaux 35” au 02 99 02 39 82 avant jeudi 27 février (coût maximum 20 €)

      Bernard-Marie, pour le “commité de veille” du CORRESO