Assemblée Générale le 18/11

Collectif 59

mardi 9 novembre 2004

Prochaine assemblée générale : le 18 Novembre à 18h30 à l’EES.


Contre la loi de prévention de la délinquance : résistance ! Vers une manifestation nationale :

Seule une mobilisation massive des travailleurs sociaux, médico-sociaux, infirmiers, magistrats, enseignants, etc.... enrayera ce projet totalitaire !

Le collectif contre « le projet de loi de prévention de la délinquance » organise Une Assemblée Générale Avec l’intervention de Madame Evelyne SIRE MARIN Magistrat, Membre de la Fondation Copernic et du Syndicat de la Magistrature Le jeudi 18 novembre 2004 À partir de 18 h 30 A L’Ecole d’Educateur Spécialisé 22 rue Halévy à LILLE Pour organiser la résistance face à ce projet de loi liberticide et ne pas être au service de la répression et du sécuritaire !

Contrairement à ce que prétendaient certains, Dominique de VILLEPIN, Ministre de l’Intérieur peaufine la future présentation de la loi de prévention de la délinquance au Gouvernement. Celle-ci sera présentée avant la fin de l’année. Elle remet en cause l’éthique et les fondements de tous les professionnels intervenants au titre de l’action éducative, sociale et préventive. Elle s’attaque à toutes les populations précarisées ou non !

Lors d’une conférence, Luc Rodolph, conseiller au cabinet du Ministère de l’Intérieur, a détaillé le projet. Courant 2005, des circulaires ou directives des ministères concernés préciseront l’action de chaque service dans le cadre général. Il confirme que la coordination du terrain sera assurée par les maires (art 2 et 3), et une mise en commun des informations et projets s’organisera autour de l’Education nationale, la Police et la Gendarmerie, la Justice et les services sociaux, dans le cadre des Conseils Locaux de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD). Il prévoit la présence de travailleurs sociaux dans les commissariats de Police. Pour ce qui concerne les formations, le ministère prévoit un temps commun Police, Education nationale et travailleurs sociaux. La délation généralisée a été à juste titre vilipendée comme faisant de toute personne en “ difficulté sociale et éducative ” un délinquant potentiel. Elle fait aussi de tout éducateur, instituteur, médecin de PMI, psychiatre, un supplétif de police, tenu de dénoncer quelqu’un “ dont la situation laisse craindre un risque de délinquance ”.

Collectif régional contre le projet de loi de prévention de la délinquance SUD Santé Sociaux- SNASEN/UNSA Education - SNUAS - FSU - SUD Education- G 10 solidaires-Union Syndicale Psychiatrie - SUD Conseil Général 59 - SUD Collectivités Territoriales

TRACT SUD : Le gouvernement a confirmé maintenir le projet de loi de prévention de la délinquance initié par Sarkozy, à l’époque où il fût ministre de l’intérieur !

Ce texte ne propose que la répression comme méthode, le fichage des populations, la généralisation de la délation, la sanction « des familles à problèmes » comme outils !

Les causes sociales de la délinquance sont ignorées : problèmes de logement, de santé mentale, de scolarité, d’emploi ; ce n’est pas le problème d’un gouvernement aux ordres du MEDEF.

Plutôt que de mettre au cœur des priorités, l’éradication de la pauvreté ou l’amélioration de l’éducation, du soutien social, de l’aide à la santé... Le gouvernement provoque sans vergogne la stigmatisation des populations précarisées.

Sous couvert de prévention de la délinquance il incrimine des groupes sociaux entiers : les pauvres, les mendiants, les sans papiers, les malades mentaux, aux jeunes des cités, les nomades ...

Ou encore des territoires ! Déjà 23 quartiers sous surveillance constituent autant de laboratoires de quadrillage sécuritaire, au mépris de la législation encore existante et des règles élémentaires de déontologie des intervenants sociaux.

Des Villes comme Vitry le François ou Tarbes sont sites pilotes.

Travailleurs sociaux éducateurs et assistant sociaux, TISF ou aide ménagères , de la santé infirmiers , psychiatres, enseignants, devraient devenir des délateurs alors qu’ils sont aujourd’hui tenus au secret professionnel. Ils voient peu à peu se transformer le cadre de leur profession en bras séculier d’un état de plus en plus répressif ! Depuis le début SUD a décidé de réagir et d’ancrer son action dans un collectif unitaire.

Unis résistons à la délation !

Un an de bataille contre le projet de loi de prévention de la délinquance !

8 janvier : Sud organisait un Premier débat d’alerte à L’EES à Lille.

16 janvier Chambéry : Chambéry a été le départ de la résistance. Avec une première manifestation contre l’expérimentation lancée par l’ADSEA de Savoie.

17 février à Lille : manifestation régionale à Lille qui a fortement mobilisé les écoles de travailleurs sociaux.

Le 17 mars à Paris : Près de 15 000 salariés , étudiants, du sanitaire et du social, des professions éducatives initiaient une première manifestation nationale ! 20 bus étaient partis du Nord Pas de Calais pour cette occasion !

Le 3 juin à Vitry le François : Nouvelle manifestation dans cette ville devenue « site pilote » à l’initiative du maire, de la préfecture et du conseil général de la Marne. « ...collectivités, sous-préfecture, gendarmerie, services judiciaires, services sociaux, travaillent au quotidien pour votre sécurité.... » (Guide de la sécurité au quotidien distribué aux habitants de Vitry le François !).

2 octobre à Paris : assemblée des collectifs départementaux de lutte contre ce projet de loi, plus de 65 collectifs départementaux irriguent le Pays.

5 novembre à Tarbes : aura été la dernière grande mobilisation en date à l’appel des collectifs de Midi Pyrénées.

Continuons le Combat !

contactez les syndicats S.U.D. du Nord et du Pas de Calais 12 Rue d’Artois - 59000 LILLE Tel/Fax : 03.20.74.17.69 Courriel : sudsantesociaux.npdc wanadoo.fr


1 Message

  • > Assemblée Générale le 18/11

    12 novembre 2004 20:00, par anne dutilleux

    L’assemblée a bien lieu le 18 novembre 2004 à 18 h 30 à l’école d’éducateurs spécialisés, mais l’entrée se fera par le 89 rue de la Bassée à Lille