Actualité midipyrenees

AFP

samedi 9 juillet 2005

05/07/2005 - 16h56


Le maire de Tarbes pour renforcer la prévention de la délinquance Le maire de Tarbes Gérard Trémège souhaite un renforcement des mesures de prévention de la délinquance, associant école, éducateurs, police et justice, en s’appuyant sur le cas d’un jeune multirécidiviste tarbais de 14 ans, cité mardi par le ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy. « Il faut lever le tabou de la confidentialité qui sépare tous les participants à la prévention, oser les mettre ensemble en toute confiance, afin de traiter les cas comme celui de ce jeune qui a commencé par ne plus aller à l’école à partir de 10 ans pour en finir par une centaine d’infractions et délits et déjà plusieurs passages en prison », a déclaré M. Trémège à l’AFP. Evoquant le cas des multirécidivistes sur Europe 1, en marge de la réunion des ministres de l’Intérieur du G5 (Allemagne, Espagne, France, Italie, Royaume-Uni) d’Evian, Nicolas Sarkozy a déclaré mardi matin : « il y a une ville de France, pour ne pas la nommer, Tarbes, où un délinquant de 14 ans, tenez-vous bien, est responsable à lui tout seul de 10 % de la délinquance. Sur son casier judiciaire il y a plus d’une centaine d’infractions ». « Il est vrai que ce jeune (...), par moment, quand il était très actif, a représenté 10% de la délinquance de voie publique en ville, avec des voitures brûlées, du mobilier urbain détruit », a confirmé le maire. « Dans un cas comme celui de ce jeune Tarbais, l’école doit être l’élément déclencheur, il faut mettre en oeuvre un dispositif d’accompagnement de toute la famille, appréhender les situations qui favoriseraient le développement de cette délinquance », a estimé M. Trémège. Le maire de Tarbes a regretté que « sur le plan législatif, il n’y ait pas de dispositif de sanction pour un moins de 13 ans ». Selon lui, « ce gamin, quand il avait moins de treize ans et ressortait de chez le juge une heure après y avoir été conduit en faisant le pied de nez à la police, son sentiment d’impunité se développait ». « Je souhaite que le ministre prenne une initiative pour mettre autour d’une table tous ceux qui sont concernés (police, justice, éducation nationale, éducateurs, maires) », a déclaré M. Trémège. Les propositions du maire de Tarbes font écho à un avant-projet de loi de prévention de la délinquance initié par Nicolas Sarkozy lors de son premier passage au ministère de l’Intérieur. Il avait suscité une levée de boucliers au printemps 2004, notamment de la part des travailleurs sociaux qui avaient dénoncé « un devoir de signalement » au maire « des personnes en difficulté ». Afp 2005.