APRES LA MANIF, BILAN ET POURSUITE DU MOUVEMENT

PROCHAINE RENCONTRE Mercredi 2 MARS à 18h00, Bourse du Travail à ANGERS

samedi 19 février 2005


Quelques chiffres de la manif avec un bilan mitigé mais qui reste prometteur au niveau local

Après la manifestation du 3 février, le Collectif 49 s’est retrouvé le mercredi 16 février, à la Bourse du Travail, pour faire le bilan de cette journée d’action et pour définir les orientations de la poursuite du mouvement au niveau local. La souscription pour les deux cars a rapporté 1926 €. Ce qui couvre les 1900€ engagés. Remercions les personnes qui ne pouvaient pas faire le déplacement mais qui ont apporté leur contribution financière. Le reliquat constituera la 1ère recette du Compte du Collectif. Nous avons noté une forte mobilisation des SUD-Santé-Sociaux et de la CGT du Conseil Général. Ce sont 66 grévistes CGT qui ont manifesté sur Paris et Nantes. Nous avons été rejoint par 30 personnes de la prévention spécialisée et du Conseil Général du Mans et de 4 personnes de Vendée. Plus de 200 étudiants travailleurs sociaux et quelques formateurs d’Angers (IFRAMES, ENSO, EJE) se sont mobilisés sur Nantes, Poitiers et Paris. Mauvaise surprise en arrivant à Paris : nous avons trouvé une faible mobilisation parisienne par rapport aux effectifs apportés par la province. La participation de CGT Paris était aussi.faible. Résultat : peu de personnes (>3000) par rapport à la manif du 17 mars 2004 (4 fois plus)

Analyse de la faible participation

- Lenteur de la diffusion de l’information
- Actuellement il y a un engorgement de lois qui sont votées à toute vitesse et avec peu de parlementaires présents à chaque fois. Comment les citoyens peuvent-ils s’y retrouver ?
- Témoignage d’assistants sociaux : « quand on évoque le contenu du rapport Bénisti, et même des lois sécuritaires déjà en place, on ne nous croit pas »
- Le rapport Benisti n’est pas une loi, ni un projet, la menace reste abstraite pour les personnes qui ne sont pas sur le terrain social.
- Pourtant le climat est malsain et les pratiques sécuritaires sont très concrètes et omniprésentes pour les populations : on constate localement que les pratiques précèdent la loi. Le Centre social de Saumur vient d’être racheté par la Mairie, les sans-papiers ont peur de se faire hospitaliser, la police est déjà dans les écoles : au Collège de Durtal des policiers en civil ont fouillé les casiers pour rechercher du cannabis...) mais peu de réaction.

- Y-a-t-il essoufflement du mouvement ? Constat : dans certaines régions, les collectifs qui sont en place depuis début 2004 s’essoufflent. D’autres au contraire se redynamisent ou créent.

- Y-a-t-il un risque pour le Collectif 49 : peu de personnes présentes ce jour mais la date choisie pendant les vacances scolaires ne permet pas d’avoir un avis significatif.

- AC ! Angers veut faire taire les rumeurs et il précise clairement qu’il ne compte pas sortir du collectif 49, car il reste beaucoup de travail et d’actions à mener. Ils regrettent de n’avoir pu se joindre au mouvement du 3, mais ils se sont retrouvés ce même jour au Tribunal de La Roche s/Yon pour défendre un collègue victime des lois LSQ.

- Les étudiants du Campus s’organisent autour du Collectif étudiant CETSA, mais aussi en dehors avec des 1ères années notamment qui se sentent concernés.

Tant que le projet de loi reste masqué, il convient de continuer l’information. Nous comptons que dès qu’il sera rendu public, cela créera un effet mobilisateur.

L’Ecole est au centre de cette loi annoncée, telle que le rapport Bénisti la préfigure :

Les enseignants ne sont pas suffisamment mobilisés. Quelle est leur information ?

- Faut-il informer plus les enseignants et les maisons de quartier ?

- Faut-il informer à l’exemple de la mobilisation de soutien aux sans-papiers de Cholet ?

- Sur la place de l’école dans le nouveau dispositif à venir, un article élaboré par le SNUASFP-FSU peut être consulté sur ce site du CNU.

- L’information doit aussi être étendue aux étudiants IUFM + Université Catholique de l’Ouest + Facultés de Belle-Beille et de Saint-Serge.

Selon nos forces, il faut continuer à les informer et à les sensibiliser en tentant d’impliquer les formateurs. G et M proposent de coordonner leur action (connaissance des dates de regroupement pour interventions en amphi ou table de presse à l’occasion d’actions concertées des travailleurs sociaux...) (Attention : amphi UCO sous vidéo surveillance !)

Nous lançons aussi un appel en direction des avocats et des magistrats pour rejoindre le mouvement et nous apporter un éclairage technique.

PROPOSITIONS ET PERSPECTIVES D’ACTIONS

L’échange a permis de cibler les projets d’action qui seront soumis à la prochaine rencontre pour prendre les décisions.

Décision d’ouvrir un compte

En prévision d’une action de longue durée

- Quel fond de roulement minimum ?

- Déclarer 1’association ? (coût supplémentaire, délai de création, durée de vie du collectif)

- Ou bien ouvrir un compte joint (CCP ?) par 2 personnes qui resteront dans le collectif ?

- Se renseigner auprès des autres collectifs

La lettre au maire

Un groupe de travail a préparé une lettre adressée aux Maires, dans le but d’obtenir leur positionnement. Il est rappelé, que l’AG plénière avait plutôt imaginé ce courrier dans le but d’une action médiatique devant une Mairie, avec remise de la lettre au Maire à cette occasion. M-C reprend la lettre et elle sera adressée à chacun avant la prochaine AG du 2 mars.


- À quel maire l’envoyer en priorité ?

- Rappel : finalité = être vu du public ; priorité des actions d’information du grand public

- Réunion publique ?

- Lettre ouverte dans la presse ? À quel moment ? (actions publiques municipales)

- Préférer le soutien public de maires (signatures) plutôt que leur demander leur avis par courrier.

- Parler d’avant-projet de loi plutôt que d’une loi (pour une question de crédibilité).

- Préparer une tribune lors de la couverture médiatique du procès de la pédophilie d’Angers (question du secret partagé)

24h de la prévention spécialisée de Rennes

- 8 collectifs du Grand Ouest projettent d’envoyer une lettre des collectifs aux gouvernements (voir site www.abri.org/antidelation) Nous sommes invités à la signer

Faire des conférences ou tables de presse pour informer le public

- À Saint-Serge, UCO, IUFM, Campus de Belle-Beille, Campus social (IFRAMES, ENSO, IFORIS)

- Devant les mairies

- Aux Marchés

Pour élargir l’information et pour toucher un autre public, un débat dans une grande salle d’Angers peut être envisagée :

- Invitation médiatique (Loïc Wacquant « les Prisons de la Misère », ...

- ou Gilles Sainati et Laurent Bonelli « La machine à punir », ...)

Invitation du FSL le 30-31 avril - 1er mai 2005

Le FSL (Forum Social Local) a pris la relève du Gmonde, en s’élargissant. Il organise les 29, 30 avril et 1er mai 05, des rencontres organisées par des acteurs locaux, pour les citoyens locaux. Elles se dérouleront au Centre Tati à Belle-Beille. Il s’agit d’échanger entre toutes les victimes actuelles et à venir des dégâts de la politique capitaliste, dite néo-libérale qui détruit l’un après l’autre tous les systèmes de solidarité et de services publics.

Le FSL se réunit en plénières, chaque dernier lundi de chaque mois, Bourse du Travail, à 18h30

Six commissions sont en travail : Commission « emploi - chômage - précarité » Commission « Démocratie et enjeux environnementaux : choix énergétiques, incinérateur » Commission « Impacts locaux de la constitution européenne » Commission « Marchandisation de biens publics : santé, éducation, culture » Commission « Comment faire vivre localement la solidarité internationale ? »

La Commission « Droits et discriminations » invite le Collectif49 contre le Tout-Sécuritaire à participer au FSL. Référente : Jocelyne Benchamakh - benchamakh yahoo.fr - 02 41 48 36 34

- Idée de réaliser une grande banderole où chacun pourrait s’exprimer (1er mai Centre Jacques Tati)

- Possibilité de mettre en avant le collectif.

Pour y participer, ils nous proposent un 1er rendez-vous le lundi 28 février, 18h30 à la Bourse du Travail.

Prochaines AG

Mercredi 2 mars, puis toutes les 2 semaines le mercredi (16 mars, 30 mars...)

Ordre du Jour du mercredi 2 mars, Bourse du Travail à 18h00

Décision d’ouvrir un compte

La lettre au maire

Invitation - 24h de la prévention spécialisée de Rennes

Faire des conférences ou tables de presse pour informer le public

Invitation du FSL du 30-31 avril - 1er mai 2005

Médéric et Didier.


2 Messages de forum

  • pouvez-vous me dire ce que désigne pour vous la question du secret partagé avec l’histoire de pédophilie d’angers ? pouvez-vous en dire plus ?.je travaille sur ces questions depuis plusieurs années et dans le cadre de la mobilisation sur le projet prévention de la délinquance nous constatons que cette question est en train de faire l’objet d’une offensive en région parisienne notamment.
    Organisation de formation sur le thème du partage de l’info par le forum français de la sécurité urbaine (on pourrait dire organisation de la délation), idem par le cnlaps (prévention spécialisée)publication de protocoles sur l’échange d’informations nominatives etc etc....
    cela fait suite à la publication d’un guide de bonne conduite dans la circulation de l’information entre les maires et le ministère public, du rapport BENISTI,du communiqué de juin 2004 au conseil national des villes et puis nous avons vu VITRY le françois.
    donc affaire à suivre

  • procès d’Angers

    3 mai 2005 20:29, par Hélène VERDON

    Je suis étonnée que votre Collectif ne se fasse pas entendre sur le « procès » qui est fait aux travailleurs sociaux et plus largement au Travail Social dans le cadre du procès d’Angers. Sachez qui’à titre individuel , j’apporte tout mon soutien aux collègues concernés par cette affaire.

    Hélène VERDON

    assistante sociale de secteur au Mans